News en vrac
Actualisé

News en vrac

Les dernières nouvelles de la Coupe du monde 2006 en Allemagne et de tout ce qui l'entoure.

Des arbitres de bonne facture

La FIFA a qualifié de «bonne» la prestation des arbitres durant les six premières rencontres de la Coupe du monde. Les propos du directeur de la communication, Markus Siegler, ont précédé de quelques heures la première polémique relative à l'arbitrage, qui survenait après le match entre l'Australie et le Japon.

L'arbitre égyptien Essam Abdullah el Fatah a accordé le but du Japon, permettant à celui-ci de mener 1 à 0, alors que le gardien australien Schwarzer avait été déséquilibré par Yanagisawa puis bousculé par Takahara. Cette polémique n'a toutefois pas eu de conséquences sur le score de la rencontre, soit la victoire 3-1 des Australiens.

Formule magique…

C'est une formule mathématique qui fait rêver toute l'Allemagne. Si on prend les dates des trois titres (1954, 1974 et 1990) de la Mannschaft en Coupe du monde et les combine, le titre ne peut échapper cette année aux joueurs de Jürgen Klinsmann: 54 X 74 = 3996 - 1990 = 2006. Si l'Allemagne devait échouer à remporter la Coupe du monde 2006, la formule a déjà assuré la prospérité du groupe pop allemand Sportfreunde Stiller, dont le titre «54, 74, 90, 2006», reprenant ladite formule, figure cette semaine à la 12e place des ventes de disques et CD en Allemagne.

Le football n'est pas du goût de tout le monde

Le cardinal Juan Luis Cipriani, plus haut prélat de l'église péruvienne, n'apprécie pas la furie qui entoure la Coupe du monde. Lors de son sermon, dimanche en la basilique de Lima, Cipriani a vertement critiqué «l'idôlatrie» réservée aux gagnants et «la satanisation» des perdants. Le cardinal est pourtant un grand fan du ballon rond. Avant de prononcer ses vœux, le jeune Cipriani voulait même devenir footballeur professionnel et jouer pour son équipe nationale.

Fumée et football ne font pas bon ménage

Le sélectionneur de l'équipe du Mexique, Ricardo La Volpe, a mis sa fédération dans l'embarras en s'affichant avec une cigarette à la main durant la rencontre opposant Mexique à l'Iran (3-1). «Nous allons envoyer un courrier à la Fédération mexicaine», a déclaré Markus Siegler, le directeur de la communication de la FIFA. «Les joueurs et sélectionneurs doivent montrer l'exemple» et n'ont pas le droit de fumer sur l'aire de jeu, a-t-il rappelé.

Le Mondial n'est pas bon pour la ligne

La victoire des «Socceroos» sur le Japon lundi a encore ravivé l'intérêt des Australiens pour le football. Elle a aussi fait monter d'un cran l'inquiétude des diététiciens de l'île. Une étude menée par l'une d'entre eux, Karen Inge, auprès des plusieurs supporters montre que les hommes australiens consomment pendant les matches deux fois et demi leur apport journalier énergétique, et cinq fois leurs besoins en graisse. Bière, pizzas, chips et cacahuètes sont les principaux responsables de ces excès et le mois de compétition pourrait bien s'avérer fatal pour certains avant les vacances.

Les néonazis n'ont pas droit de cité

Deux supporters anglais interpellés en Allemagne pour avoir brandi des insignes nazis samedi en marge du match de l'Angleterre contre le Paraguay ont été arrêtés à leur retour en Grande-Bretagne, a déclaré la police mardi. Les deux jeunes gens, âgés de 21 et 24 ans, ont été interpellés lundi soir à l'aéroport de Leeds et seront déférés dans la journée devant un tribunal qui pourrait leur interdire de quitter le pays jusqu'à la fin du tournoi.

Une équipe de procureurs britanniques travaille en Allemagne pendant ce Mondial pour accélérer l'application de sanctions à l'encontre de tout fauteur de trouble à son retour en Grande- Bretagne. Il est illégal de porter des insignes ou symboles du régime nazi en Allemagne.

La FIFA ne s'engage pas assez contre la prostitution

Le commissaire européen à la Justice, Franco Frattini, a déploré le manque de coopération de la FIFA dans la lutte contre la prostitution forcée en marge de la Coupe du monde. Il a dénoncé «la froideur de la FIFA» quand la Commission lui a demandé de «mettre des informations concrètes» sur son site pour sensibiliser le public au problème.

Le Conseil de l'Europe, qui réunit les 25 membres de l'UE plus 21 autres pays européens, avait déjà exhorté M. Blatter en avril à prendre «clairement position» contre cette forme d'esclavage moderne qui, selon des ONG, pourrait concerner entre 30 000 et 60 000 femmes lors de la Coupe du monde.

Mais le président de la FIFA s'en était alors remis aux autorités allemandes, estimant que la Fédération ne pouvait «pas intervenir dans une affaire interne à l'organisateur d'une Coupe du monde».

Ballack aux couleurs italiennes

Michael Ballack a créé un mini- scandale en revêtant un t-shirt frappé du mot Italia, dimanche. La photo du «délit» était à la une de «Bild», lundi. Le plus fort tirage de la presse allemande accuse même Ballack de «rater la vague noire-rouge-jaune qui enthousiasme tout le pays». «C'est quoi ça?», titre «Bild». Réponse de Ballack: «J'ai acheté ce tee-shirt du couturier italien Dolce & Gabbana il y a quelques années. Il me rappelle notre dernier triomphe à la Coupe du monde. Car nous l'avions emporté en Italie en 1990».

Villar est out

La Coupe du monde de Justo Villar est terminée. Le gardien paraguayen, blessé lors de la défaite contre l'Angleterre, devra observer une pause minimale de quatre semaines. Les examens ont en effet confirmé une déchirure musculaire.

Un hymne au football allemand

L'Allemagne n'a disputé, et remporté, qu'un match de la Coupe du monde qu'elle a déjà une chanson en son honneur. Le chanteur allemand Xavier Naidoo a composé le titre «Dieser Weg» en pensant à la «Mannschaft» de Jürgen Klinsmann. «Ce voyage ne sera pas facile, ce voyage sera piégeux et difficile, tu ne seras pas d'accord avec tout le monde», chante notamment Naidoo, vedette de la variété germanique. Les joueurs allemands ont été tellement touchés par l'attention qu'ils ont écouté cette chanson avant le coup d'envoi du match contre le Costa Rica (4-2) et le feront encore avant la rencontre contre la Pologne, le 14 juin, affirme son encadrement.

La Mannschaft est à l'aise

Les joueurs de l'équipe d'Allemagne ont dans les jardins de leur luxueux hôtel et quartier général de la banlieue de Berlin un «parc d'attraction». Tennis de table, des écrans géants, des sofas confortables, sans compter un billard à l'intérieur de l'hôtel. La «Mannschaft» doit «se divertir, affirme Oliver Bierhoff, le manager général de l'équipe d'Allemagne. Il ne faut pas qu'ils restent à l'intérieur de leur chambre», explique l'ancien international à l'origine de cette idée.

Les Coréens pointilleux

La Corée du Sud ne laisse rien au hasard, pas même la taille du gazon. Dick Advocaat, le sélectionneur néerlandais de la Corée a expliqué qu'il n'avait pas apprécié que ses joueurs s'entraînent à la BayArena de Leverkussen sur une pelouse de 25 mm, quand sur les terrains de la Coupe du monde elle fait 28 mm. «Les jardiniers du stade avaient tondu le gazon trop court, j'ai donc demandé qu'on le laisse pousser et, avec cette chaleur, il a poussé comme un fou. Il faisait 28 mm quand nous nous sommes entraînés», a déclaré le technicien.

La Coupe des coupes

Au pays de Rudi Völler, pas étonnant que la «Hannoversche Allegemeine Zeitung» ait demandé à ses lecteurs d'élire la meilleure coupe de cheveux de la «Mannschaft». La victoire de la mèche tendance iroquoise de Bastian Schweinsteiger (72 %) n'a pas fait un pli. La lutte a été plus serrée pour la deuxième place, mais avec son crâne lisse, David Odonkor (18 %) a coiffé sur le fil le chevelu Torsten Frings (10 %).

Maradona en soutien

Diego Maradona a rendu visite à l'équipe d'Argentine lundi à Herzogenaurach, à 27 km de Nuremberg, deux jours après la victoire des «Gauchos» contre la Côte d'Ivoire (2-1). Venu avec sa fille Giannina et son ex-femme Claudia Villafane, «el Pibe de Oro» a salué les joueurs sans faire de commentaires à la presse.

Après l'entraînement matinal des membres de la sélection «albiceleste», le capitaine des champions du monde 1986 a partagé leur déjeuner dans l'hôtel du camp de base. La présence de Maradona a provoqué un trouble parmi les médias qui couvraient la conférence de presse du défenseur Gabriel Milito et du gardien Leo Franco.

Bonne fréquentation des stades

Les organisateurs de la Coupe du monde se disent très satisfaits du taux de remplissage des stades, lequel dépasse les 99 %. Par ailleurs, ils se sont réjoui que les mesures, draconiennes, et critiquées, d'accès aux matches ne posent aucun problème.

«Les stades sont pleins, il n'y a aucun siège vide et aucun problème d'accès: nous sommes très satisfaits», s'est félicité Gerd Graus, porte-parole du comité d'organisation. Les organisateurs respirent un peu mieux après avoir été longtemps et sévèrement critiqués sur le dossier de la billetterie. On leur reprochait surtout la difficulté de trouver les précieux sésames, pourtant au nombre de trois millions, et la distribution d'un grand nombre de billets aux parraineurs et délégations.

Des journalistes ne jouent pas le jeu

La FIFA a critiqué lundi à Berlin l'attitude de certains journalistes accrédités pour les matches du de la Coupe du monde. Plusieurs d'entre eux ont en effet demandé et obtenu des billets, mais n'ont pas assisté aux rencontres.

«Plus de 250 journalistes et photographes ne se sont pas présentés pour réclamer leur billet pour le match opposant le Paraguay à l'Angleterre samedi à Francfort», a regretté la FIFA dans un communiqué. «Le nombre de journalistes qui ne se sont pas présentés est plus bas pour les autres matches disputés jusque-là, mais c'est une tendance inquiétante: chaque journaliste qui ne vient pas doit annuler son billet pour permettre à un de ses collègues en liste d'attente de participer au match», a souligné le communiqué. Environ 4000 journalistes de presse écrite et 1100 photographes sont accrédités pour le tournoi.

Ton opinion