Ney Matogrosso: Ney Matogrosso en toute intimité
Actualisé

Ney MatogrossoNey Matogrosso en toute intimité

Toujours aussi voluptueux, Ney Matogrosso vieillit bien
Avec sa voix à donner des frissons, l'artiste a ouvert vendredi soir la première soirée brésilienne du Montreux Jazz Festival. Une performance en douceur devant un parterre trop clairsemé.

«J'adore sa voix. Elle s'est adoucie avec les années», confie Rosa. Submergée par l'émotion, cette Carioca ne cultive pas la mélancolie typiquement brésilienne que l'on appelle «saudade». Ney Matogrosso, elle l'aime au présent. Et cela même si l'artiste a vieilli et qu'il n'est plus ce showman extravagant dont la presque nudité avait fait sensation au Montreux Jazz Festival en 1983. Avec sa chemise noire largement ouverte jusqu'au nombril, l'artiste continue pourtant ses voluptueuses provocations sur scène. Une attitude sensuelle qui a séduit Mirna. «J'ai particulièrement apprécié son côté acteur», précise-t-elle. Complètement sous le charme, elle ajoute: «ses quatre guitaristes étaient magnifiques. Leurs sonorités acoustiques entre flamenco et musiques arabisantes m'ont donné des frissons. Et le mal du Brésil, alors que je ne parle même pas la langue.»

Pour le mélomane Jorge au contraire, «la délicatesse sonore de Matogrosso» exalte le souvenir d'une terre qu'il a quittée il y a 27 ans déjà. Comme ce ressortissant de Recife, de nombreux Brésiliens entreprennent chaque année le voyage de Montreux. Ce n'était pas tout à fait le cas vendredi soir, trop de sièges étant restés vides. Même si la plupart des spectateurs ont fredonné à l'unisson les tubes familiers d'un artiste qui vieillit très bien.

Giancarlo Mariani

Ton opinion