Attentat du 14 juillet: Nice offre aux victimes un séjour au Vatican: malaise
Actualisé

Attentat du 14 juilletNice offre aux victimes un séjour au Vatican: malaise

La municipalité organise un voyage au Vatican avec une cinquantaine de victimes de l'attentat. L'initiative suscite la polémique.

1 / 125
Un détenu suspecté de participation à l'attentat de Nice s'est donné la mort en prison. (Mardi 12 juin 2018)

Un détenu suspecté de participation à l'attentat de Nice s'est donné la mort en prison. (Mardi 12 juin 2018)

AFP
Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a donné une conférence de presse, durant laquelle il a annoncé que les plaintes sur la sécurité de la Promenade des Anglais, provenant de familles de victimes des attentats de Nice, avaient été classées. (Jeudi 19 janvier 2017)

Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a donné une conférence de presse, durant laquelle il a annoncé que les plaintes sur la sécurité de la Promenade des Anglais, provenant de familles de victimes des attentats de Nice, avaient été classées. (Jeudi 19 janvier 2017)

AFP
Vingt-deux personnes intervenues pendant l'attaque de Nice ont reçu dimanche la Légion d'honneur. (1er janvier 2017)

Vingt-deux personnes intervenues pendant l'attaque de Nice ont reçu dimanche la Légion d'honneur. (1er janvier 2017)

AFP

La mairie de Nice, dans le sud-est de la France, emmène samedi au Vatican des dizaines de victimes de l'attentat djihadiste, qui a fait 86 morts dans la ville en juillet, un voyage en partie financé par les deniers publics qui suscite des critiques.

La municipalité, avec l'aide de la compagnie aérienne Air France, a affrété deux avions et finance, à hauteur de 300 euros par personne, le voyage de 58 victimes et leurs proches, qui seront reçues en audience privée par le pape François.

Trois autocars sont aussi affrétés pour les victimes indirectes auxquelles une contribution financière est demandée.

Une délégation d'élus, qui paient de leur poche, sera du voyage dont le président de l'agglomération de Nice, Christian Estrosi, qui insiste sur le caractère non religieux de l'audience papale, et la présence des représentants de tous les cultes du département.

Neutralité religieuse

Mais, pour la Ligue des droits de l'Homme (LDH), ce déplacement bafoue «sans vergogne le principe de laïcité», selon lequel les pouvoirs publics sont astreints à une stricte neutralité religieuse et ne peuvent financer aucun culte. «Les victimes étant de toutes confessions doit-on s'attendre bientôt à financer un pèlerinage à Jérusalem, à la Mecque ou à Bénarès ?», a ironisé l'association dans un communiqué.

«Il y a des musulmans, des juifs, des protestants, des bouddhistes et des athées parmi les victimes de ce terroriste, a renchéri la conseillère municipale écologiste Juliette Chesnel-Le Roux, en qualifiant ce voyage de «muflerie» voire de «provocation» à leur égard.

Un Tunisien de 31 ans a foncé dans la foule avec un camion lors du feu d'artifice de la fête nationale organisé à Nice, faisant 86 morts et plus de 400 blessés. L'attentat a été revendiqué par le groupe Etat islamique, que la France combat en Irak et en Syrie.

Dans la foulée, un débat sur la visibilité de l'islam a ressurgi en France, où de nombreuses villes de la Côte d'Azur, dont Nice, ont interdit aux musulmanes de se baigner en burkini, une tenue de plage couvrante. Après plusieurs jours de violente polémique, la justice a invalidé ces décisions. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion