Actualisé 03.08.2011 à 07:45

Franc fort

Nick Hayek demande à la BNS d'agir

Experts et milieux économiques tirent la sonnette d'alarme concernant le franc fort et mettent la Banque nationale suisse sous pression.

Le patron de Swatch estime que la BNS doit «impérativement» prendre les choses en main.

Le patron de Swatch estime que la BNS doit «impérativement» prendre les choses en main.

La patron de Swatch, Nick Hayek, estime que la BNS doit agir contre l'envolée du franc. La monnaie helvétique doit être défendue contre les «abus des spéculateurs» qui la poussent vers le haut, a-t-il déclaré à la «SonntagsZeitung».

Fixer un objectif

La Banque nationale suisse (BNS) doit «impérativement» prendre les choses en main, a insisté Nick Hayek dans un entretien publié dimanche dans l'hebdomadaire alémanique.

Le chef du groupe horloger estime que l'institut d'émission doit se fixer un objectif de cours de change face à l'euro à 1,35 franc et le défendre. Et si la lutte contre le franc fort devait entraîner une hausse de l'inflation, Nick Hayek se dit prêt à l'accepter.

Faute de changement, Nick Hayek met en garde contre une situation économique «très, très difficile». Le patron de Swatch craint toutefois moins pour son groupe, qui mise sur l'innovation et des contrôles de coûts, que pour d'autres industries d'exportation ou pour le tourisme.

«Mais si le franc reste à un niveau aussi élevé face à l'euro et au dollar à long terme, ce ne sera naturellement pas facile de garder notre degré de profit», a-t-il souligné.

Malgré un effet de change négatif de 387 millions de francs sur ses ventes, Swatch Group a fait part jeudi de résultats en forte hausse pour le premier semestre 2011. En comparaison avec la même période de l'an passé, le chiffre d'affaires brut a progressé de 10,9% à 3,36 milliards de francs et le bénéfice net de 24,5% à 579 millions. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!