Journées de Soleure: «Nicolas Bideau est aussi démocrate que Poutine»
Actualisé

Journées de Soleure«Nicolas Bideau est aussi démocrate que Poutine»

De vives attaques ont été lancées contre Nicolas Bideau, chef de la section cinéma à l'Office fédéral de la culture (OFC) mercredi à Soleure. La famille du cinéma suisse lui a dit ses quatre vérités.

Ce ne devait être qu'une séance d'information de l'Office fédéral de la culture. Elle s'est transformée par moments en règlement de comptes. Il a été question de discorde, de fonctionnaires arrogants, d'argent mal utilisé et de budget épuisé.

Le réalisateur zurichois Samir est allé plus loin. Il estime que Nicolas Bideau, chef de la section cinéma, a «une compréhension de la démocratie digne de Poutine».

Au sujet des membres des commissions décidant des aides financières aux projets de film, le Zurichois regrette que les associations professionnelles ne puissent faire que des propositions; ensuite, c'est Nicolas Bideau qui décide. Le chef de la section cinéma a rétorqué que la plupart des propositions des professionnels sont prises en considération. Mais lui-même doit naturellement avoir «une petite marge de manoeuvre».

Renouer le dialogue

Avant ces interventions, le directeur de l'OFC Jean-Frédéric Jauslin a exhorté la branche à rétablir un dialogue ouvert et confiant. «Nous ne sommes pas dans un rapport de force mais un rapport de collaboration», a-t-il dit à l'ATS. «La Confédération ne peut pas travailler seule dans son coin.»

Concernant les critiques envers la section cinéma, il a rappelé que «Nicolas Bideau travaille avec une équipe. Il n'est pas seul à décider. Certains parlent de décisions à l'emporte-pièce, de copinage, de climat de méfiance. Je peux vous dire que je suis serein car les procédures sont respectées. Cette équipe fait du bon travail.»

Etat des lieux

Le directeur de l'OFC assure être «à l'écoute de la branche et des critiques constructives. Nous pouvons nous améliorer. Je sais qu'il y a un souhait d'une meilleure prévisibilité de ce que la Confédération va faire. On prend toujours trop peu de temps pour bien communiquer.»

En 2009, la Confédération va consacrer 23 millions de francs à la production de films suisses. L'OFC va en outre plancher sur la révision des régimes d'encouragement concernant la période 2011-2015. Un état des lieux sera mené en dialogue avec les professionnels. (ats)

Ton opinion