Nicolat Hulot annonce son choix lundi
Actualisé

Nicolat Hulot annonce son choix lundi

Nicolas Hulot révélera lundi, au palais de la Découverte à Paris, s'il choisit d'être candidat à l'élection présidentielle.

L'annonce de sa candidature risque d'accentuer le trouble chez les Verts, dont la candidate Dominique Voinet ne décolle pas dans les sondages.

Plusieurs partis, en particulier les Verts, sont suspendus à la décision de l'animateur de télévision, à l'origine d'un «pacte écologique» soumis à l'ensemble des candidats.

Selon un sondage Ifop pour le «Journal du dimanche», 59% des Français, contre 40%, ne souhaitent pas que Nicolas Hulot se présente, une tendance déjà amorcée (51% contre 45%) dans une enquête CSA pour Le Parisien.

Si le producteur de «Ushuaïa nature» renonçait, la candidate des Verts Dominique Voynet est jugée la plus apte (18%) à faire des propositions pour protéger l'environnement, devant le président de l'UMP Nicolas Sarkozy (17%), précise l'Ifop.

Toujours indécis

Ses proches assurent que Nicolas Hulot, qui a passé le week-end à Saint-Malo, face aux embruns de la Manche, n'a pas encore tranché. «S'il y va, il prendra des coups. Mais s'il n'y va pas, il risque de donner l'impression de s'arrêter en chemin», explique son porte-parole Jean-Paul Besset dans le Journal du dimanche.

«Qu'est-ce que Nicolas Hulot va venir dire de plus dans cette campagne ? Je crois qu'il a plus à perdre qu'à gagner», a déclaré de son côté sur RTL l'altermondialiste José Bové, qui envisage à nouveau de se lancer dans la course à l'Elysée.

Nicolas Hulot a été crédité de 11% des voix dans un récent sondage, contre 2% pour Dominique Voynet. Il avait menacé il y a plusieurs mois de se présenter à l'élection présidentielle si tous les candidats à l'Elysée ne s'engageaient pas «de façon satisfaisante» en faveur de son «pacte écologique».

Justifier la démarche

L'animateur semble avoir rempli son contrat, les principaux prétendants ayant signé son «pacte écologiste», à l'exception de l'extrême droite et de l'extrême gauche.

Pour justifier sa candidature, l'animateur devrait donc prendre acte que «quelque chose d'imprévu s'est déroulé autour du pacte, qu'une demande politique a gonflé autour de cette démarche», explique Jean-Paul Besset.

(ats)

Ton opinion