Italie: Niki Lauda pourrait devenir le patron d'Alitalia

Actualisé

ItalieNiki Lauda pourrait devenir le patron d'Alitalia

L'ancien pilote de Formule 1 et fondateur de la compagnie Fly Niki pourrait être le futur patron de la compagnie aérienne italienne.

Niki Lauda est un ancien pilote de Formule 1.

Niki Lauda est un ancien pilote de Formule 1.

Le fondateur de la compagnie aérienne autrichienne à bas coûts Fly Niki, l'ancien champion autrichien de Formule-1 Niki Lauda, pourrait devenir le nouveau patron de la compagnie aérienne italienne Alitalia, affirme le quotidien autrichien «Der Standard», dans son édition de jeudi.

La compagnie aérienne déficitaire italienne est à la recherche d'un nouveau patron, après la démission de l'administrateur délégué Andrea Ragnetti le 25 février. Le directeur du conseil de surveillance, Roberto Colaninno, qui assure l'intérim, avait annoncé que le successeur de Ragnetti devait avoir un «profil international».

Le quotidien «Der Standard», qui cite des sources proches de l'entreprise, affirme que Niki Lauda et Mauro Moretti, le patron des chemins de fer italiens (Ferrovie Italiane), seraient en bonne position pour prendre la succession d'Andrea Ragnetti.

Création d'une compagnie aérienne à bas coûts

Alitalia envisagerait la création d'une compagnie aérienne à bas coûts, pour concurrencer Ryanair et EasyJet. Selon un rapport interne, Niki Lauda aurait l'expérience et «pourrait repolir l'image de l'entreprise».

L'ancien pilote de Formule-1, triple champion du monde en 1975, 1977 et 1984, a fondé la compagnie à bas coûts Fly Niki, désormais filiale de l'Allemande Air Berlin. Il a quitté début 2013 le conseil de surveillance d'Air Berlin, pour se consacrer à son poste d'administrateur de l'écurie de F1 McLaren Mercedes.

Alitalia a annoncé le 25 février des pertes nettes pour 2012 de 280 millions d'euros. Le principal actionnaire d'Alitalia est le groupe franco-néerlandais Air France-KLM avec un quart du capital. Le reste de son actionnariat est composé d'une vingtaine de sociétés italiennes dont la famille Riva (10,6%), la banque Intesa Sanpaolo (8,9%), les groupes Atlantia (8,9%) et Immsi (7,1%).

Le conseil d'administration de la compagnie italienne a donné le 14 février son feu vert à une proposition de prêt convertible allant jusqu'à 150 millions d'euros de la part de ses actionnaires. (afp)

Ton opinion