Emeutes en Grèce: Nikos Aliagas: «En regardant les chaînes grecques j'ai pleuré»

Actualisé

Emeutes en GrèceNikos Aliagas: «En regardant les chaînes grecques j'ai pleuré»

Le présentateur franco-grec de la «Star Academy» est très concerné par le climat de conflit qui embrase la Grèce et se dit inquiet par cette situation préoccupante.

Né en France mais de parents grecs, Nikos Aliagas était en Grèce juste avant que les premières émeutes n'éclatent le week-end dernier. Il avait alors ressenti une atmosphère tendue et électrique.

De retour à Paris, il suit quotidiennement avec beaucoup d'émotion l'évolution de la situation sur les chaînes de télévision grecques, comme il l'a raconté au Matin: «En regardant hier matin les chaînes grecques depuis chez moi à Paris, j'ai pleuré. Je n'ai pas reconnu le centre d'Athènes. Quand j'ai vu que Kolonaki (quartier chic d'Athènes) avait brûlé, quand j'ai vu le désarroi, le désespoir et la solitude de ces gens, de mes compatriotes aux journaux télévisés, j'avais les larmes aux yeux».

Si le journaliste avoue ne pas comprendre comment une manifestation pacifique a pu dégénérer à ce point, il conçoit tout à fait que les jeunes soient révoltés par le malaise et l'incertitude liés à leur avenir: «Il faut écouter cette jeunesse. Si elle en est arrivée là, c'est qu'elle a mal quelque part. On ne l'a pas assez écoutée».

Nikos Aliagas dénonce cependant le recours à la violence, expliquant que «casser des vitrines ne sert plus à rien».

Ton opinion