«Like someone in love»: Nippone cherche amour, désespérément

Actualisé

«Like someone in love»Nippone cherche amour, désespérément

Tokyo inspire aux cinéastes des films étranges, pour le bonheur ou non du spectateur. Dernier en date, «Like someone in love», d'Abbas Kiarostami.

par
Catherine Magnin

Décidément, le réalisateur iranien Abbas Kiarostami aime mener ses spectateurs en bateau. Après la campagne toscane, où il a filmé Juliette Binoche dans un jeu de miroir amoureux («Copie conforme»), c'est au Japon qu'il est allé tourner son nouveau film, «Like someone in love». L'histoire d'une jeune fille qui déboule chez un vieil homme pour se faufiler dans son lit, alors qu'il ignore qui elle est. Faux semblants, faux huis clos, fausse immobilité (en voiture notamment, un lieu qui a décidément la cote – qu'on pense à «Holy Motors» ou «Cosmopolis») rythment cet exercice de style ponctué de trop rares éclats d'émotion. Malgré l'exotisme de la mise en scène, le charme n'opère pas.

«Like someone in love»

D’Abbas Kiarostami. Avec Rin Takanashi.

Sortie le 5 septembre 2012.

*

Ton opinion