VALAIS - Niveau de radon trop élevé dans plusieurs établissements scolaires
Publié

VALAISNiveau de radon trop élevé dans plusieurs établissements scolaires

Des traces de radon ont été constatées dans trois structures scolaires en Valais: deux à Martigny, une à Saint-Maurice. Le Canton du Valais va réagir.

par
Fabrice Zwahlen
Une salle de classe et le local technique de la HEP-VS à Saint-Maurice sont concernés par un problème de radon.

Une salle de classe et le local technique de la HEP-VS à Saint-Maurice sont concernés par un problème de radon.

20 Min

La limite tolérée en matière de concentration de radon en Suisse se monte à 300 becquerels au mètre cube (Bq/m3). Trois établissements scolaires valaisans présentent des taux supérieurs à cette norme, comme le dévoile Le Nouvelliste, ce mardi.

Une salle de classe et le local technique du bâtiment central de la HEP-VS à Saint-Maurice sont concernés. Dans les deux cas, le dépassement du seuil autorisé est léger. Afin de régler ces problèmes, l’étanchéité des murs et des radiers sera renforcée, de même que l’amélioration de la ventilation.

Deux autres établissements valaisans victimes du radon vont bénéficier de la même thérapie, dans les trois ans. Il s’agit de l’Ecole de commerce et de culture générale de Martigny, où un niveau de 402 Bq/m3 a été détecté dans une salle de classe. A l’Ecole professionnelle de Martigny, le bureau du chef de section affiche un dépassement de 797 Bq/m3.

Risque de cancer

«Nous avons réalisé des campagnes de mesures afin de savoir où il y avait du radon et, surtout, en quelle concentration, afin de prendre les mesures adéquates», explique le chimiste cantonal, Elmar Pfammater.

Une concentration trop élevée de radon peut avoir comme conséquence possible un cancer du poumon. Près de 240 personnes en meurent chaque année en Suisse, selon les statistiques de la Confédération.

Le Conseil d’Etat valaisan annonce également vouloir instituer un groupe de travail chargé de créer des procédures à même d’apporter les meilleures solutions à cette problématique.

Ton opinion