Actualisé 16.10.2008 à 12:25

Retour en grâceNkufo, l'homme providentiel d'Hitzfeld

Hors-jeu lors de l'Euro 2004 et la Coupe du monde 2006 pour avoir claqué la porte de l'équipe en août 2002 et forfait à l'Euro 2008 en raison d'une blessure, Blaise Nkufo a décidé de rattraper le temps perdu.

Auteur du but de la victoire mercredi soir au Pirée, le Vaudois de 33 ans passés, se profile de plus en plus comme l'homme providentiel d'Ottmar Hitzfeld. Comme face à Israël, au Luxembourg et à la Lettonie, Blaise Nkufo a trouvé le chemin des filets à Athènes. «Tout est allé très vite. Je n'ai pas eu vraiment le temps de réflechir», lâche-t-il pour commenter l'action de la 77e minute, ce service en or de Yakin et ce duel gagné devant le gardien Chalkias pour loger du gauche le ballon au fond des filets. Une goal qui n'était pas vraiment simple à marquer.

Avant d'inscrire ce but qui fait désormais de la Suisse le favori de ce groupe 2 du tour préliminaire de la Coupe du monde, Nkufo est allé au combat. Précieux dans le jeu aérien en phase défensive, le joueur de Twente a, surtout, été capable de garder le ballon en attaque. «Nkufo et Frei ont été très efficaces dans leur rôle de point d'appui, soulignait Ottmar Hitzfeld. Posséder dans ses rangs deux joueurs en mesure de conserver le ballon devant fut capital».

S'il n'a pas la flamboyance d'un Frei dans son jeu, Blaise Nkufo possède une qualité qui n'a pas échappé à Ottmar Hitzfeld: il se bonifie au fil des minutes. Samedi dernier à St-Gall, c'est lui qui a surgi en fin de match pour marquer déjà le 2-1. Au Pirée, il a su user la défense grecque pour prendre le dessus en en seconde période. Il avait évolué exactement dans le même registre deux semaines plus tôt en Coupe de l'UEFA avec Twente face à Rennes pour inscrire après l'heure de jeu le but de la qualification.

Au printemps 2007, Köbi Kuhn avait, très certainement sous la pression de ses supérieurs, finalement décidé de rappeler Nkufo. Le Vaudois signait son retour par une performance de choix contre les Pays-Bas à Genève. Mais il fut bien incapable d'enchaîner. Il était bien conscient que le coach national de l'époque lui marchandait quelque peu sa confiance. Cet été, Ottmar Hitzfeld est venu le trouver comme pour lui signifier toute l'estime qu'il lui accordait. Nkufo ne laissait pas passer sa chance lors de la «première» d'Ottmar Hitzfeld, contre Chypre à Genève. Il offrait deux assists de la tête sur les deux premiers buts de Stocker et de Yakin.

Après le naufrage contre le Luxembourg, Ottmar Hitzfeld a renoncé au sytstème en 4-3-1-2 qui aurait placé Yakin en soutien direct du duo Frei/Nkufo. Il préfère offrir au «mercenaire» du Qatar un rôle de joker qui lui sied à merveille. Dans son 4-4-2, il demande à Frei d'évoluer plus en retrait et à Nkufo d'imposer sa puissance physique dans le premier duel avec le défenseur. On a longtemps remis en question la complémentarité entre le Bâlois et le Vaudois. Au Pirée, elle fut éclatante. Voir Alex Frei jaillir comme un fou du banc sur lequel il venait de s'asseoir pour courir vers Nkufo à l'instant du 2-1 est une image que l'on avait de la peine à imaginer quelques mois plus tôt.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!