Asile à Genève: No Bunker pourra rester jusqu'à lundi au Faubourg

Actualisé

Asile à GenèveNo Bunker pourra rester jusqu'à lundi au Faubourg

Le collectif de soutien aux requérants qui refusent d'être logés dans des abris PC a obtenu un sursis pour rester dans la salle communale avec la cinquantaine de migrants qu'il encadre.

La Ville a rappelé qu'elle avait mis à disposition la salle du Faubourg jusqu'au 15 août.

La Ville a rappelé qu'elle avait mis à disposition la salle du Faubourg jusqu'au 15 août.

Le collectif aurait dû quitter les lieux samedi, mais il a affirmé dans un communiqué avoir obtenu un petit délai supplémentaire de la part de la maire de la Ville de Genève Esther Alder. Ce sursis lui permettra de trouver pour toutes les personnes concernées des solutions d'hébergement évitant un retour dans les abris.

Reste maintenant à savoir si le Conseil d'Etat genevois donnera son accord aux solutions temporaires d'hébergement proposées par No Bunkers. «Nous osons espérer que les autorités feront tout pour faciliter cette solution et ne tendront pas d'incompréhensibles embûches», écrit le collectif dans son communiqué.

Appel à la solidarité

Jeudi, No Bunkers avait lancé un appel à la solidarité des Genevois en leur demandant, s'ils en avaient la possibilité, d'accueillir chez eux un ou plusieurs requérants membres du collectif pour une durée allant de un à trois mois. Début 2016, l'Etat a promis l'ouverture de 150 places d'accueil en surface pour les migrants.

A Genève, la question de l'hébergement des requérants d'asile est devenue brûlante au début de l'été, en raison de l'arrivée de nouvelles personnes et du manque de places à disposition. Certains requérants avaient refusé d'être logés dans des abris PC. Soutenus par No Bunkers, ils avaient occupé la Maison des Arts du Grütli.

Ils ont ensuite déménagé au début du mois de juillet à la salle du Faubourg, un espace que la Ville de Genève leur avait mis à disposition jusqu'à samedi.

Le collectif No Bunkers doit rencontrer en principe la conseillère administrative Esther Alder lundi, pour faire le point sur la situation, a précisé l'association de défense des requérants d'asile. (ats)

Ton opinion