Actualisé 23.12.2014 à 09:20

Genève

Noël est aussi une fête pour les cambrioleurs

Les effractions dans les habitations privées augmentent en fin d'année. Conseil de la police: retarder l'action des voleurs suffit souvent à les faire renoncer.

de
David Ramseyer
Les cambrioleurs agissent majoritairement en bande. La police s'applique donc à démanteler des réseaux parfois complexes. Le matériel et le butin (présentés partiellement aux médias sur cette photo) peuvent être conséquents.

Les cambrioleurs agissent majoritairement en bande. La police s'applique donc à démanteler des réseaux parfois complexes. Le matériel et le butin (présentés partiellement aux médias sur cette photo) peuvent être conséquents.

L'histoire est malheureusement connue... Il était une fois une soirée chez des amis pour célébrer Noël, le Nouvel An. Il était une fois des vacances à la montagne. Instants heureux, souvent. Mais pas toujours de happy end. Parfois, pendant votre absence, des voleurs ont mis votre petit nid douillet sens dessus dessous. Les cas sont malheureusement nombreux. Les fêtes de fin d'année marquent traditionnellement une hausse des cambriolages dans le canton de Genève: de 15 à 20% par rapport à la moyenne annuelle, confirme la police.

Les malfrats ciblent particulièrement les villas, plus isolées et plus faciles d'accès que les appartements. «Mais pas spécialement dans les communes riches. Ça, c'est une légende urbaine», souligne Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise et spécialiste des questions de cambriolage. Les effractions ont généralement lieu le soir dans les maisons, plutôt durant les heures de travail dans les immeubles.

Décourager les voleurs

S'il parait inimaginable d'éliminer totalement ce fléau, des moyens simples existent pour en limiter les risques. «Un cambriolage s'effectue généralement en moins de deux minutes et demie: trente secondes pour entrer et deux minutes pour fouiller les pièces, explique Jean-Philippe Brandt. Si les voleurs constatent que cela prendra plus de temps, souvent ils renoncent.»

Renforcer les portes avec une barre de sécurité, les fenêtres avec des systèmes anti-effraction ou simplement avec des poignées qui ferment à clé - et ne pas les laisser entre-ouvertes «pour aérer» - peut donc efficacement freiner les candidats à la cambriole. «Pour les maisons, un système de protection électronique est aussi conseillé. Et il vaut mieux conserver ses valeurs dans un coffre-fort», précise le porte-parole de la police. Laisser la lumière dans une ou plusieurs pièces et prévenir les voisins permet aussi de limiter les risques.

Ne pas attirer l'attention des voleurs

Attention, enfin: une boîte aux lettres qui déborde, c'est un message laissé aux cambrioleurs pour dire qu'il n'y a personne. Il vaut mieux dans ce cas demander à quelqu'un de relever régulièrement le courrier. A proscrire également: le message du répondeur téléphonique qui indique qu'on ne sera pas de retour avant une semaine. Et, dans une moindre mesure, sur les réseaux sociaux, annoncer à la terre entière son départ en vacances. Enfin, vous cachez vos clés sous le paillasson ou dans un pot de fleur? Evitez. Cela n'a rien d'original, c'est là que les voleurs vont chercher en premier.

Des voleurs moins actifs dans le canton que par le passé, semble-t-il. En effet, le nombre de cambriolages baisse à Genève depuis quelques années «grâce à la restructuration de la brigade spécialisée ainsi qu'à une meilleure collaboration avec les polices municipales et françaises», affirme Jean-Philippe Brandt. 7'322 vols avec effraction ont été enregistrés dans le canton en 2012, 6'060 l'an passé. Et cette année, la tendance à la baisse devrait se poursuivre.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!