Théatre - Noémie Schmidt: Moi, j’adore ma vie!
Publié

ThéâtreNoémie Schmidt: «Moi, j’adore ma vie!»

L’actrice valaisanne, qui joue dans une pièce de théâtre, se sent très chanceuse de pouvoir mener sa carrière comme elle l’entend.

par
Ludovic Jaccard
La comédienne suisse Noémie Schmidt, 30 ans, va jouer dans la pièce «Antigone», en Valais.

La comédienne suisse Noémie Schmidt, 30 ans, va jouer dans la pièce «Antigone», en Valais.

AFP

Alors qu’on la voit surtout dans des films ou des séries françaises à succès, Noémie Schmidt a aussi fait du théâtre dans sa carrière. Elle va remonter sur les planches pour incarner la fille d’Oedipe à l’époque de la Grèce antique, dans la pièce «Antigone», du 7 au 26 septembre 2021, à l’Esplanade du Crochetan à Monthey, en Valais. La comédienne valaisanne de 30 ans se réjouit de relever ce nouveau défi.

Pourquoi avoir accepté d’incarner la princesse Antigone au théâtre?

Parce que ce rôle est magnifique. Le texte est incroyable. Cette proposition est unique en fait. J’étais aussi ravie de pouvoir remonter sur scène, d’être en Valais, mon cocon. Et jouer avec des comédiens extraordinaires, c’est une vraie chance.

On vous a surtout vue dans des films et des séries. Préférez-vous jouer devant les caméras ou sur scène?

Je n’ai pas de préférence. Ce sont deux plaisirs extrêmement différents, qui n’ont presque rien à voir l’un avec l’autre.

Avez-vous le trac avant de monter sur scène?

Oui! Je sais que je vais l’avoir avant la première, c’est sûr. Mais c’est intéressant pour un comédien de travailler sur ce trac, justement. Essayer de comprendre d’où il vient. J’aime bien aussi ce trac car cela permet de revenir au moment présent.

Avez-vous toujours voulu être comédienne?

Non, j’aurais voulu faire plein d’autres métiers! Mais justement, ce qui est bien en étant comédienne, c’est qu’on peut exercer plein de professions dans les films. J’ai pu être vétérinaire, policière, vendeuse dans un sex-shop… J’adore être actrice, car cela reste du jeu, c’est très ludique. C’est un métier merveilleux!

Avez-vous été soutenue par vos parents dans votre choix de carrière?

Oui, mes proches ont été très compréhensifs. J’ai une famille très ouverte qui m’a soutenue. Mes parents m’ont toujours dit de faire ce qu’il me plaît, ce qui me rend heureuse. C’est grâce à ça que j’ai pu réussir ma vie. C’est quelque chose d’important et j’aimerais que tous les enfants puissent entendre ça.

Comment vivez-vous votre succès grandissant?

Moi, j’adore ma vie! (rires) Et j’essaie de partager mon bonheur avec le plus de gens possible car je ne vais pas garder ça pour moi.

Craignez-vous que tout puisse s’arrêter un jour?

Je ne suis pas du tout angoissée car j’ai tout fait pour ne pas être dépendante de ce métier. Donc, si ça s’arrête, j’ai plein d’autres plans, d’autres idées et projets. Je n’attends pas qu’on me donne du travail, je le crée moi-même avec mes potes, avec mes collectifs, il n’y a donc aucun problème. C’est d’ailleurs sûrement pour ça que ça continue.

Comment se passe votre vie à Paris?

Cela va faire dix ans que j’ai quitté le Valais. J’adore la vie à Paris, ça m’éclate. Tous mes potes y vivent, je fais la fête, je rencontre des gens extraordinaires, j’ai plein de possibilités pour créer des choses avec des artistes que j’admire, je m’amuse comme une petite folle, je vais dans les musées, au cinéma, au théâtre. J’habite dans une maison avec quatre amis qui sont devenus une famille de coeur. C’est génial, j’ai trop de chance, je me sens tellement privilégiée. Bien sûr, je rentre en Suisse dès que je peux pour retrouver mon terreau et mes potes, dont je suis restée très proche.

Êtes-vous sensible à ce qu’on peut dire de vous sur les réseaux sociaux?

Non, car je ne regarde pas ce qu’on raconte à mon sujet. Je me nourris de l’amour de mes proches. Je pense qu’en tant qu’être humain, notre cerveau n’est pas programmé pour subir l’avis d’autant de personnes, et cela même si les critiques sont positives. On n’est pas fait pour ça. Le jugement de nos proches peut déjà être très douloureux.

Ton opinion

1 commentaire