Commission européenne: Non à l'étiquetage obligatoire de la viande?
Actualisé

Commission européenneNon à l'étiquetage obligatoire de la viande?

La Commission européenne renoncerait à imposer l'étiquetage de la mention d'origine de la viande utilisée dans les plats préparés, ont rapporté jeudi plusieurs sources en France.

La France, bousculée l'hiver dernier par un scandale de lasagnes au cheval, frauduleusement présentées «au boeuf», avait appelé l'Union européenne à oeuvrer en faveur de la traçabilité.

La France, bousculée l'hiver dernier par un scandale de lasagnes au cheval, frauduleusement présentées «au boeuf», avait appelé l'Union européenne à oeuvrer en faveur de la traçabilité.

«La Commission s'apprête à ne faire aucune proposition législative si aucune intervention n'a lieu d'ici la fin de la procédure de consultation interne ce vendredi 11 octobre», écrit le Comité régional porcin de Bretagne (ouest de la France) dans un courriel à des parlementaires européens dont l'AFP a obtenu une copie.

«La Commission s'orienterait vers une absence d'obligation d'étiquetage de l'origine des viandes entrant comme ingrédients dans les plats cuisinés et charcuteries, pas même à titre volontaire!», craint le Sniv-Sncp, représentant les industriels français de l'abattage-découpe, dans un communiqué.

«La crise du Horsegate (cheval, ndlr) n'a-t-elle pas servi de leçon? La France avait pourtant obtenu la promesse d'une règlementation de l'origine», poursuit-il.

«Il semble que pour justifier son choix, la Commission européenne prétende que les consommateurs européens seraient plus intéressés par le prix que par l'origine de leur viande!», surenchérit la député européenne Agnès Le Brun, également maire de la commune bretonne de Morlaix.

La France, bousculée l'hiver dernier par un scandale de lasagnes au cheval, frauduleusement présentées «au boeuf», avait appelé l'Union européenne à oeuvrer en faveur de la traçabilité et de la transparence sur l'origine des viandes au sein de l'UE.

Plusieurs pays avaient exprimé des réserves sur l'efficacité d'une telle mesure, lors d'un débat entre ministres, dont le Danemark, la République tchèque et le Royaume-Uni, pourtant touché avec l'Irlande par des hamburgers contenant de la viande chevaline.

(afp)

Ton opinion