Assurance maladie: Non aux 200 millions de plus pour la réduction des primes
Actualisé

Assurance maladieNon aux 200 millions de plus pour la réduction des primes

Le Conseil national a refusé mercredi par 105 voix contre 64 d'augmenter l'an prochain de 200 millions les quelque 2 milliards d'aide fédérale à la réduction des primes.

La droite a rejeté cette proposition faite à l'origine par le Conseil fédéral.

Pour l'UDC, le PLR et la plupart des démocrate-chrétiens, cette mesure n'est qu'une opération coup de poing, administrativement lourde et ne permettant en rien d'endiguer la hausse des coûts.

Il est irresponsable de ne pas se soucier des effets de la hausse prévue des primes sur les bas et moyens revenus, surtout en période de crise, a critiqué en vain Meinrado Robbiani (PDC/TI). La Confédération ne peut leur refuser 200 millions alors qu'elle a versé des milliards à l'UBS.

Et le Tessinois d'affirmer qu'assurer un certain pouvoir d'achat à la population permettra d'aider à la relance. Un partie du PDC souhaitait attribuer les 200 millions supplémentaires à la réduction des primes des enfants et des jeunes en formation des familles à bas et moyens revenus. Proposition rejetée par 143 voix contre 25.

Le camp rose-vert aurait quant à lui souhaité une hausse de la manne fédérale correspondant à l'étendue de l'augmentation des primes. Il n'a pas eu plus de succès en réclamant que la Confédération utilise les 1,2 milliard de francs qu'a rapportés son retrait de l'UBS. Les deux propositions ont été repoussées à deux contre un.

Taxe hospitalière

Par 112 voix contre 62, le National a par ailleurs décidé d'étendre le contribution aux frais de séjour à toute personne hospitalisée. Cette taxe n'est actuellement prélevée qu'auprès des personnes seules. Les enfants ne seraient pas concernés par cette extension. La gauche a critiqué une nouvelle ponction dans le porte- monnaie des patients.

Par 106 voix contre 61, les députés ont refusé de supprimer, comme le demandait l'UDC, les rabais de primes aux assurés qui bénéficient d'une assurance complémentaire pour séjour privé ou semi- privé en hôpital.

(ats)

Ton opinion