Votation du 13 février: Non de l'UDF à l'initiative «anti-armes»
Actualisé

Votation du 13 févrierNon de l'UDF à l'initiative «anti-armes»

Les délégués réunis samedi à Olten ont par ailleurs discuté des élections fédérales 2011 et décidé de renforcer le secrétariat romand.

L'Union démoratique fédérale (UDF) Suisse dit non à cinq contre un à l'initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes».

Les causes d'abord

La majorité des délégués a considéré qu'il est préférable de s'en prendre aux causes du suicide que d'entrer dans une hystérie sécuritaire collective qui a pour but de bannir toute arme sur le territoire suisse. Une grande partie des drames familiaux se produisent à l'arme blanche, et non pas à l'arme à feu. Il faudrait dès lors abolir également les premières, ce qui est irréaliste. L'initiative, selon l'UDF, n'aurait donc que peu d'influence sur le taux de suicide. Il faut par ailleurs tenir compte du principe de proportionnalité: le dispositif bureaucratique prévu par l'initiative serait colossal et ne permettrait pas de lutter efficacement contre la détention d'armes illégales. Et enfin, le fait de retirer l'arme de service aux soldats serait un acte de défiance de l'Etat à leur encontre. Les délégués ont ainsi décidé, par 54 voix contre 12, sans absentions, de dire non à l'initiative.

Elections fédérale 2011

L'UDF présentera des candidats dans neuf cantons au moins, dont Vaud et Fribourg. L'objectif est de gagner deux sièges au Conseil national et de passer ainsi de un à trois sièges. Pour augmenter ses chances de renforcer sa représentation au niveau fédéral, l'UDF conclura diverses alliances pour tenter d'obtenir le quorum.

L'UDF Suisse a également décidé de renforcer son secrétariat romand en engageant un secrétaire en la personne de M. Emanuel Schardt, âgé de 27 ans, en fin d'étude à l'Université de Neuchâtel. (ap)

Ton opinion