pollution par le plastique – Non, il n’existe pas de paillettes biodégradables

Une étude montre que même les paillettes dites biodégradables ne le sont pas totalement.

Une étude montre que même les paillettes dites biodégradables ne le sont pas totalement.

Pexels Allen
Publié

pollution par le plastiqueNon, il n’existe pas de paillettes biodégradables

Fards à paupières ou vernis à ongles, les paillettes sont partout. Pourtant, même biodégradables, une étude montre qu’elles finissent par tapisser les sols et les fonds marins.

par
Lauren Cavin-Hostettler

Avec la fin de l'année qui approche, il est temps de réfléchir à ses tenues et maquillages de fête! Désormais, il va peut-être falloir abandonner les paillettes parce que même les versions dites biodégradables nuisent à la nature.

Pas d'alternatives durables

Les paillettes dans les cosmétiques peuvent être faites à base de microplastiques, de cellulose, de mica - des minéraux utilisés pour leur action qui donne de l'éclat à la peau - ou de verre - plus difficile à travailler car il doit être taillé de manière à éviter les blessures.

Les microplastiques, moins onéreux, mais pas biodégradables, sont pourtant prohibés dans les exfoliants et les dentifrices depuis cinq ans, aux États-Unis. Les trois autres alternatives, pourtant dites biodégradables, ne le seraient pas totalement, selon une récente étude de l'Université d'Anglia Ruskin à Cambridge: «Nous avons constaté que chaque type de paillettes, dont celles qui sont faites en mica, peut affecter négativement certains aspects des microalgues et des plantes aquatiques.» Concernant le verre, il est souvent traité et recouvert de minéraux pour avoir des effets holographiques, qui peuvent affecter son potentiel biodégradable.

Tous les types de paillettes ont un impact sur les plantes aquatiques et les algues.

Tous les types de paillettes ont un impact sur les plantes aquatiques et les algues.

Pexels Vince Mariel

Impact environnemental

Pour son numéro de novembre, le magazine «Allure» a testé 100 produits de maquillage pailletés: près de 32% contenait des microplastiques. «Nous avons trouvé que tous les types de paillettes peuvent avoir un impact négatif sur les plantes aquatiques et les algues. Cela peut avoir des conséquences sur la faune et la flore», explique Dannielle Green, professeure assistante d'écologie à l'Université d'Anglia Ruskin à Cambridge, et co-auteure de l'étude.

Souvent aussi fines qu'un cheveu, les paillettes ont un impact sur l'environnement bien plus important qu'on ne l’imagine. Qu'elles se trouvent dans les fards, les vernis à ongles ou les highlighters, elles vivent longtemps après le démaquillage. Après une seule utilisation, des centaines de morceaux passent par les canalisations et se retrouvent dans les eaux et dans les sols. Ces résidus resteront intacts pendant des siècles, préviennent les biologistes.

Pas d’interdiction en Suisse

En Suisse, il n’y a pas de réglementation pour interdire les microplastiques dans les cosmétiques. L’Office fédéral de l’environnement estime que moins de 15 tonnes de ces composants provenant des cosmétiques et des textiles synthétiques finissent dans les eaux de surface, par année. Des quantités trop faibles pour le Conseil fédéral, qui a rejeté une motion pour une interdiction de ces éléments dans les cosmétiques, déposée par les Verts en 2014.

Après une seule utilisation, des centaines de microplastiques passent par les canalisations et se retrouvent dans les eaux et les sols

Après une seule utilisation, des centaines de microplastiques passent par les canalisations et se retrouvent dans les eaux et les sols

Pexels Maria Eduarda Loura

Ton opinion

2 commentaires