Espagne: Non-lieu refusé pour la princesse Cristina
Actualisé

EspagneNon-lieu refusé pour la princesse Cristina

Le Tribunal de Palma de Majorque refuse de prononcer un non-lieu en faveur de la soeur aînée du roi Felipe VI, accusée de détournement de fonds publics.

Seconde fille de Juan Carlos Ier et de Sofia, Cristina est soupçonnée d'avoir dissimulé au fisc des revenus provenant de détournements de six millions d'euros de fonds publics reprochés à son époux et à un ancien associé.

Seconde fille de Juan Carlos Ier et de Sofia, Cristina est soupçonnée d'avoir dissimulé au fisc des revenus provenant de détournements de six millions d'euros de fonds publics reprochés à son époux et à un ancien associé.

photo: AFP

Dans une décision écrite, le tribunal espagnol a rejeté les arguments de la défense et du Parquet. Ils avaient demandé à l'ouverture du procès le 11 janvier l'abandon des poursuites pour fraude fiscale qui visent cette soeur aînée du roi Felipe VI.

Ils soutenaient que la plainte d'une association d'extrême droite, Manos Limpias (Mains propres), ne justifiait pas les poursuites puisque le Ministère public et l'administration fiscale ne les demandaient pas. Le tribunal annonce avoir rejeté cette question préliminaire. Les audiences doivent reprendre le 9 février.

La princesse est le premier membre de la famille royale à faire l'objet de poursuites depuis son retour sur le trône en 1975. Seconde fille de Juan Carlos Ier et de Sofia, Cristina est soupçonnée d'avoir dissimulé au fisc des revenus provenant de détournements de 6 millions d'euros de fonds publics reprochés à son époux et à un ancien associé.

L'infante a toujours soutenu qu'elle ne savait rien et faisait une confiance aveugle à son époux Iñaki, ancien handballeur professionnel et double médaillé olympique. Elle l'a épousé à Barcelone en 1997.

Des sociétés-écrans

Iñaki Urdangarin, 47 ans, et son ex-associé Diego Torres sont notamment accusés d'avoir trop facturé aux gouvernements régionaux des Baléares et de Valence, pour lesquels leur fondation à but non lucratif organisait des événements sportifs. Les bénéfices étaient répartis entre plusieurs sociétés-écrans dont Aizoon, propriété de Cristina et d'Iñaki, qui aurait financé des dépenses personnelles du couple.

Iñaki Urdangarin est jugé pour détournement de fonds, fraude fiscale, trafic d'influence, escroquerie et blanchiment d'argent. Il encourt jusqu'à 19 ans et demi de prison. Depuis 2013, la princesse réside à Genève avec ses quatre enfants. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion