Suisse - Non-vacciné et en quarantaine: adieu le salaire? L’idée fait son chemin

Publié

SuisseNon-vacciné et en quarantaine: adieu le salaire? L’idée fait son chemin

Les Allemands dans l’incapacité de travailler en raison d’une mise en quarantaine ne seront plus payés. La mesure séduit aussi certains en Suisse.

20min/Michael Scherrer

Une règle controversée entrera en vigueur en Allemagne, dès le 1er novembre. Les personnes non vaccinées, qui sont mises en quarantaine (par exemple de retour de vacances) et qui ne peuvent dès lors plus travailler pourraient ne plus recevoir de salaire, à part si leur employeur le verse volontairement. L’État, en tout cas, ne l’assurerait plus.

Plusieurs personnes en Suisse s’intéressent aussi à la mesure et reconnaissent une part de pression sur les non-vaccinés. Le conseiller national Mustafa Atici (PS/BS) estime que ceux qui refusent la vaccination «n’assument pas leur responsabilité envers la société et envers leur employeur».

Seulement si à répétition

Le président zurichois du groupe PLR au Conseil national Beat Walti voit la mesure d’un bon oeil également, qu’il replace dans le contexte des interrogations sur ce qui doit être pris en charge par la collectivité ou ce qui doit être assumé par les individus en fonction de leurs choix. Il suggère néanmoins, en contrepartie, que des tests négatifs puissent raccourcir la quarantaine le plus possible pour que la durée et le non-paiement soient le plus court possibles.

Lukas Schmid, du groupe de réflexion Avenir Suisse, va dans le même sens mais uniquement dans des cas extrêmes, par exemple si un employé accumule les quarantaines de retour de voyage. Mais établir la mesure de manière automatique serait exagéré, selon lui.

Pas la bonne cible

En revanche, côté UDC, ça ne passe pas. L’élue thurgovienne Diana Gutjahr estime par ailleurs que le règlement autour des quarantaines devrait être revu, rappelant que dans certains cas, les personnes vaccinées peuvent aussi transmettre le virus.

L’Union syndicale suisse ne veut pas entendre parler de la mesure non plus, préférant que, comme à l’heure actuelle, les APG prennent en charge les coûts liés aux quarantaines.

(bz/ywe)

Ton opinion

395 commentaires