Libye – Nonante-trois demandeurs d’asile évacués vers l’Italie
Publié

LibyeNonante-trois demandeurs d’asile évacués vers l’Italie

Premier vol d’un mécanisme d’admission humanitaire, 93 demandeurs d’asile bloqués en Libye ont été acheminés en Italie. Il s’agit d’enfants, de femmes ou de rescapés de tortures.

Le groupe d’évacués, acheminé de Tripoli jusqu’à Rome, comprend «des enfants, des femmes à risque, des rescapés de violences et tortures, et des personnes atteintes de graves problèmes de santé», selon le HCR.

Le groupe d’évacués, acheminé de Tripoli jusqu’à Rome, comprend «des enfants, des femmes à risque, des rescapés de violences et tortures, et des personnes atteintes de graves problèmes de santé», selon le HCR.

AFP

Un groupe de 93 demandeurs d’asile bloqués en Libye ont été évacués vers Rome jeudi, première opération de ce type depuis l’interruption des vols humanitaires vers l’Italie, il y a deux ans, a annoncé le représentant du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) en Libye. Il s’agit du premier de cinq vols prévus sur un an vers l’Italie, vols qui concerneront 500 demandeurs d’asile «dans le cadre d’un nouveau mécanisme d’admission humanitaire», a précisé l’organisation. La dernière évacuation vers l’Italie datait de 2019.

Le groupe d’évacués, acheminé de Tripoli jusqu’à Rome, comprend «des enfants, des femmes à risque, des rescapés de violences et tortures, et des personnes atteintes de graves problèmes de santé», selon le HCR. «Nous sommes heureux de voir ces vols d’évacuation devenir une réalité et que les autorités libyennes les aient soutenus», a déclaré le chef de mission du HCR en Libye, Jean-Paul Cavalieri.

Estimant que ces vols sont «une bouée de sauvetage pour certains des demandeurs d’asile les plus vulnérables», le responsable a rappelé que «les conditions en Libye restent désastreuses pour de nombreux réfugiés», appelant la communauté internationale à ouvrir d’autres couloirs humanitaires.

Vulnérables face aux passeurs

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011, le cas des migrants en situation irrégulière, des réfugiés et des demandeurs d’asile, est devenu critique, régulièrement décrié par l’ONU et les ONG. Vulnérables face aux passeurs et enfermés dans des conditions déplorables dans des centres de détention en Libye, des dizaines de milliers d’entre eux ont cherché à gagner l’Europe par la mer, au péril de leur vie.

«Ces vols sont une bouée de sauvetage pour certains des demandeurs d’asile les plus vulnérables.»

Jean-Paul Cavalieri. chef de mission du HCR en Libye

Fin octobre, la Libye a autorisé la reprise des vols humanitaires, suspendus depuis près d’un an. Cela a permis à plusieurs dizaines de réfugiés et demandeurs d’asile d’être relocalisés dans un autre pays, le temps que l’organisme onusien puisse leur trouver une solution durable ou d’assurer leur rapatriement, dans le cadre d’un programme de retour volontaire dans leurs pays d’origine.

Près de 7000 évacuations depuis la Libye en quatre ans

Le 4 novembre, le HCR a évacué 172 demandeurs d’asile vulnérables de Libye vers le Niger, où ils reçoivent un soutien en attendant des solutions, dans le cadre du mécanisme de transit d’urgence soutenu par le HCR.

Le 21 novembre, le HCR a évacué 71 réfugiés, dont 37 enfants, vers le Canada, avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations. Il s’agissait notamment de «familles originaires de Syrie, du Soudan, de Palestine et de Somalie», souvent «victimes d’enlèvements ou de mauvais traitements en Libye». Depuis 2017, le HCR a évacué ou réinstallé 6919 réfugiés et demandeurs d’asile hors de Libye, dont 967 ont été admis en Italie.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire