Actualisé 09.05.2007 à 21:35

Nos conseillers fédéraux deviennent des people

BERNE – Les conseillers fédéraux descendent dans l'arène des émissions grand public. Dernière en date: Micheline Calmy-Rey.

Après Moritz Leuenberger et Christoph Blocher, c'est au tour de Micheline Calmy-Rey de se produire dans une émission à grand public. Elle poussera la chansonnette dans les «Coups de cœur» d'Alain Morisod, le samedi 19 mai prochain. Elle proposera une interprétation des «Trois cloches». Dans la mesure où les conseillers fédéraux ne sont pas soumis au vote du peuple, qu'est-ce que nos politiques ont à gagner d'être représentés ainsi?

Olivier Tschannen, professeur en sociologie des communications de l'Université de Fribourg, hésite: «Les motivations des conseillers fédéraux m'échappent. Toutefois, une partie de la population souhaite qu'ils se montrent proches d'elle et dans ce sens, cela répond à une demande.» Selon Gianni Haver, spécialiste en sociologie des communications de l'Université de Lausanne, «c'est une stratégie qui joue sur la logique du rapprochement et qui soigne l'image populaire. On ne s'attend pas à voir les conseillers fédéraux dans un autre champ que le politique. C'est une façon de montrer qu'ils ne sont pas tous les mêmes, puique certains d'entre eux interviennent dans l'espace familial et se rapprochent donc du peuple.»

Pour Gianni Haver, il faut toutefois prendre garde à ne pas apparaître trop proche, ce qui pourrait déconsidèrer le personnage politique aux yeux de ceux qui s'intéressent à la politique. Quant à mesurer les effets d'une telle stratégie, c'est un calcul qui se fait par le retour dans la presse.

Elisabeth Foster

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!