Jeux vidéo : Nos impressions sur la Switch
Actualisé

Jeux vidéo Nos impressions sur la Switch

A mi-chemin entre console portable et machine de salon, la console de Nintendo risque bien de faire son nid, en prenant son temps.

par
adi
1 / 29
Nintendo a annoncé vendredi 12 janvier à Tokyo le lancement international de sa nouvelle console Switch le 3 mars, un pari pour le pionnier japonais des jeux vidéo qui apparaît à la peine face à son grand rival Sony. La console est équipée d'une puce Nvidia Tegra personnalisée mais reste moins puissante que la PS4 ou la Xbox One.

Nintendo a annoncé vendredi 12 janvier à Tokyo le lancement international de sa nouvelle console Switch le 3 mars, un pari pour le pionnier japonais des jeux vidéo qui apparaît à la peine face à son grand rival Sony. La console est équipée d'une puce Nvidia Tegra personnalisée mais reste moins puissante que la PS4 ou la Xbox One.

dr
Avec un concept «hybride» de cette nature, Nintendo ne concurrence pas directement Sony avec sa PlayStation 4, une machine fixe très puissante et offrant de multiples fonctions multimédias, mais s'installe entre ladite PS4 et le jeu sur smartphone.

Avec un concept «hybride» de cette nature, Nintendo ne concurrence pas directement Sony avec sa PlayStation 4, une machine fixe très puissante et offrant de multiples fonctions multimédias, mais s'installe entre ladite PS4 et le jeu sur smartphone.

dr
La console est disponible en deux versions lors de son lancement, une version aux Joy-Con bleu et rouge et une version aux Joy-Con noirs/gris. Le pack coûte environ de 350 francs. Il contient: La console Nintendo Switch, la manette Joy-Con droite et gauche, un support Joy-Con, une station d'accueil, un câble HDMI, un adaptateur secteur Nintendo Switch et une paire de dragonnes pour Joy-Con.

La console est disponible en deux versions lors de son lancement, une version aux Joy-Con bleu et rouge et une version aux Joy-Con noirs/gris. Le pack coûte environ de 350 francs. Il contient: La console Nintendo Switch, la manette Joy-Con droite et gauche, un support Joy-Con, une station d'accueil, un câble HDMI, un adaptateur secteur Nintendo Switch et une paire de dragonnes pour Joy-Con.

dr

La Switch est sortie vendredi en Suisse. Avec son concept hybride et sa puissance modérée, la console de la firme nippone s'écarte une nouvelle fois des sentiers battus par la concurrence, à savoir la PS4 de Sony et la Xbox One de Microsoft. Elle mise avant tout sur sa convivialité, la détection de mouvements et sur les productions Nintendo.

Un stockage faible

La console de salon Switch tire son nom de sa faculté transformiste: elle peut être emportée à l'extérieur une fois sortie de son socle. La partie écran amovible comporte sur les deux côtés des manettes détachables, une pour chaque main, ou une pour chacun des joueurs si on est deux. Elles permettent différents modes de jeu exploitant, outre l'appui sur des touches, la reconnaissance de mouvements par accéléromètre ou par caméra. Elle dispose bien évidemment d'une connexion Wi-Fi et elle embarque aussi du Bluetooth.

Au niveau de la connectique, la Switch dispose d'un port USB et d'une prise Jack, quant au socle, il contient plusieurs prises USB et une prise HDMI. Quant aux 32 Go de stockage, dont seuls 26 environ sont disponibles pour accueillir divers contenus, on est en droit de se demander si Nintendo ne se fiche pas un peu de ses clients. A l'heure des jeux dématérialisés, proposer une si faible capacité est clairement injustifiable. La facture risque de gonfler encore avec l'ajout de cartes Micros SD.

Interface épurée

Nintendo a certainement entendu les critiques concernant la lenteur du système d'exploitation de la Wii U. L'entreprise a rectifié le tir avec la Switch en proposant une interface sobre et qui répond immédiatement. On n'en demandait pas moins. On pourrait regretter l'absence d'un navigateur internet au lancement et de diverses fonctionnalités prisées par la concurrence. Cependant, la principale fonctionnalité d'une console reste le jeu, le reste n'est qu'accessoire. On en saura davantage en automne lorsque que tous les services seront activés.

Une prise en main immédiate

Concernant la jouabilité, la prise en main avec les Joy-Con fixés de chaque côté de la Switch offrent un excellent confort le jeu. Cela se gâte un peu lorsqu'ils sont utilisé séparément. En effet, leur petite taille n'est pas vraiment bien adaptée pour des mains d'adultes. Le constat est identique lorsqu'on les joints sur le Joy-Con Grip. Quant au Controller Pro, vendu séparément, il remplit parfaitement son office. Concernant la lisibilité, l'écran LCD IPS de 6'2'' garantit du 720p de bonne facture. En mode TV, la résolution augmente mais, par exemple, un jeu comme «Zelda» perd en fluidité sur grand écran.

Un pari risqué

Moins puissante que ses concurrentes directes, à cheval sur le marché des mobiles et des tablettes, la Switch va devoir trouver son public. Avec moins d'une dizaine de jeux, dont bon nombre ne sont que de simples adaptations, à son lancement et un tarif relativement cher lorsque l'on additionne tous les accessoires, le lancement de la console de Nintendo paraît un peu grippé. Cependant, une centaine de jeux produits par une septantaine de studios sont en cours de développement et devraient prochainement grossir la ludothèque de la console hybride.

Verdict

Les personnes ne possédant pas de Wii U et/ou désirant profiter de «The Legend of Zelda: Breath of the Wild» dans les meilleures conditions vont se ruer sur la Switch. En effet, le jeu d'aventure promet des centaines d'heures de jeu et l'investissement initial est vite rentabilisé. En outre, de grosses licences sont prévues cette année, comme «Mario Kart 8 Deluxe», «Splatoon 2», Super Mario Odyssey», «Xenoblade Chronicles» ou encore «Fire Emblem». Les joueurs peu sensibles aux franchises Nintendo ou qui n'aimeraient pas «Zelda»- ça existe? - vont certainement passer leur chemin.

De notre côté, on est séduit par la possibilité de jouer un peu partout sans trop de contraintes ou en ayant une batterie de recharge à portée de main. On est par contre moins friand des jeux comme «1-2 Switch», qui, une fois l'effet de surprise passé, vont prendre la poussière, un peu comme le «Wii Sport» de l'époque. On conseille aux personnes hésitantes d'attendre que la ludothèque de la Switch s'étoffe davantage. Mais avec un jeu comme «Zelda», difficile de résister à la tentation.

«The Legend of Zelda: Breath of the Wild»

Les jeux à venir:

La présentation de la Switch:

«Super Mario Odyssey»

«Mario Kart 8 Deluxe»

«Xenoblade Chronicles 2»

(adi/20 minutes)

Prix:

Console avec la paire de Joy-Con, le socle et un Joy-Con Grip: environ 350 francs.

La paire de Joy-Con supplémentaire: environ 90 francs.

Switch Pro Manette: environ 80 francs.

Recharge secteur: environ 40 francs.

Joy-Con Grip: environ 40 francs.

3 mars en magasin

«1-2 Switch», «Just Dance 2017», «Skylanders Imaginators», «Super Bomberman R», «Zelda: Breath of the Wild».

3 mars sur eShop

«Fast RMX», «Human Resource Machine», «I Am Setsuna», «Little Inferno», «New Frontier Days: Founding Pioneers», «Shovel Knight Treasure Trove», «Snipperclips», «VOEZ», «World of Goo».

A venir

«Mario Kart 8 Deluxe», «Splatoon 2», «Arms», «Super Mario Odyssey», «Xenoblade Chronicles», «Fire Emblem».

On aime:

Son côté hybride

Son menu rapide

«Zelda», évidemment

La pad de bonne facture

Les jeux Nintendo à venir

On n'aime moins:

Des prix élevés pour les accessoires

Absence de rétrocompatibilité

Une autonomie finalement assez faible en mode nomade (Environ 3h)

Les jeux basés sur les mouvements

Un stockage de base ridicule

Ton opinion