«Notre calendrier sexy diffère de l'image de l'EPFL»
Actualisé

«Notre calendrier sexy diffère de l'image de l'EPFL»

Un groupe d'étudiants vendra dès lundi un calendrier composé de photos d'eux dénudés. L'EPFL ne cautionne pas.

Des filles et des garçons d'une classe de sciences tombent la blouse blanche pour récolter les fonds nécessaires à leur voyage en Inde. Ils espéraient davantage de soutien de leur hiérarchie. «Au début, nous n'avons pas eu l'autorisation de le vendre sur place, car cela ne correspondait pas à l'image que la direction de notre section voulait donner de l'école. Quand les responsables ont vu les photos, ils ont changé d'avis, mais ont refusé de mettre le nom de l'EPFL sur le calendrier», explique Julie, membre du comité du voyage d'étude.

«Je trouve cela dommage, car il s'agit d'une démarche d'ouverture pour l'EPFL. Les filles sont sous-représentées dans cette grande institution. Cela montre aussi que les gens ne sont pas enfermés dans leur labo!»

Elle reconnaît que cette action, une première dans l'école, peut être dérangeante pour le prestigieux établissement. Son porte-parole, Nicolas Henchoz, ne veut pas se «prononcer là-dessus. Ce n'est pas une initiative de l'institution. Ils sont adultes, ils gèrent leur image.» Pourquoi le logo n'y figure pas? «Nous ne sommes pas là pour cautionner ce genre de chose.» En revanche, elle soutient de grands événements, comme

Balélec.

Sophie Roselli

Ton opinion