Actualisé 22.04.2019 à 12:26

FranceNotre-Dame est «quasi sauvée»

Selon le ministre français de la Culture Franck Riester, les points sensibles de la cathédrale parisienne sont tous «stabilisés».

1 / 44
Un office sera célébré le 16 avril 2024 à Notre-Dame de Paris, soit cinq ans après l'incendie, promettent les autorités. (Lundi 16 décembre 2019)

Un office sera célébré le 16 avril 2024 à Notre-Dame de Paris, soit cinq ans après l'incendie, promettent les autorités. (Lundi 16 décembre 2019)

AFP
Une cinquantaine d'ouvriers ont repris lundi les travaux de sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée en partie par un incendie. Le chantier était interrompu depuis le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb. (19 août 2019)

Une cinquantaine d'ouvriers ont repris lundi les travaux de sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée en partie par un incendie. Le chantier était interrompu depuis le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb. (19 août 2019)

AFP
En raison de l'exposition au plomb, le chantier est suspendu. (vendredi 26 juillet 2019)

En raison de l'exposition au plomb, le chantier est suspendu. (vendredi 26 juillet 2019)

AFP

Notre-Dame de Paris est «quasi sauvée» malgré quelques «points sensibles» sur la voûte, a indiqué samedi soir le ministre français de la Culture, Franck Riester, lors d'un concert en hommage à la cathédrale, cinq jours après l'incendie.

«Notre-Dame aujourd'hui est quasi sauvée puisque tous les points sensibles qui restaient – le pignon nord, le pignon occidental, entre les deux beffrois de façade, le beffroi sud qui menaçait –, tous ces points là ont été sécurisés, stabilisés, et c'est une formidable nouvelle», a expliqué M. Riester.

«Reste la voûte. Il y a quelques points encore sensibles sur la voûte et donc les équipes du Ministère de la culture, les entreprises, sont à l'oeuvre pour retirer les gravats qui sont encore sur la voûte et la bâcher progressivement. Et à partir de là, on pourra dire que Notre-Dame de Paris est sauvée», a-t-il ajouté dans la cour des Invalides, dans le centre de Paris, qui accueillait un grand concert, au cours duquel des dizaines d'artistes se sont succédé sur scène.

«Il y a 300 000 personnes qui spontanément ont fait des dons même modestes, un euro, deux euros, cinq euros: au total ça fait près de 20 millions qui viennent de gens qui ont fait des dons assez modestes», s'est félicité l'animateur de radio-télévision Stéphane Bern, citant des chiffres de la Fondation du Patrimoine. «Notre-Dame est un sanctuaire religieux, mais elle nous touche aussi parce que c'est un chef d'oeuvre d'architecture gothique, un joyau de notre patrimoine, c'est un livre de notre histoire», a-t-il ajouté.

Des dizaines d'artistes se sont succédé sur scène pendant la soirée, dont Mireille Mathieu, les petits chanteurs à la Croix de bois, le violoncelliste Gauthier Capuçon et le pianiste chinois Lang Lang.

La ministre des Armées, Florence Parly, a transmis un message depuis le porte-avion «Charles-de-Gaulle»: une vidéo où on pouvait voir, depuis le ciel, les marins former sur le pont du porte-avion le dessin de la façade de la cathédrale et le mot «Paris» en bleu-blanc-rouge.

(nxp/afp)

La France veut un mécanisme européen pour le patrimoine en péril

Le président français Emmanuel Macron va proposer à l'UE de créer «un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril», qui sera discuté lors d'une réunion à Paris le 3 mai prochain, a-t-on indiqué de source gouvernementale. «Comme le patrimoine n'est pas une compétence européenne, le président a pris l'initiative d'écrire à ses homologues pour leur proposer de créer un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril, visant à se prêter assistance, à partager des compétences et des savoir-faire», a déclaré la secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, dans un entretien au «Journal du Dimanche». «Quand il y a un grand incendie en Europe, un mécanisme de solidarité peut permettre de prêter des canadairs entre pays de l'Union. Pour le patrimoine, on peut imaginer un réseau d'experts mis à disposition en fonction des besoins», a ajouté Amélie de Montchalin.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!