Vaud: «Notre fils est enterré ici et on va être renvoyés»
Actualisé

Vaud«Notre fils est enterré ici et on va être renvoyés»

Un couple de Roms dont les deux filles sont malades fait l'objet d'une décision de renvoi en Macédoine. La famille, qui a perdu un enfant en 2011, espère un permis humanitaire.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Ce Macédonien, père de deux filles, est dans une profonde détresse depuis le décès de son bébé, mort d'une maladie génétique en septembre 2011.

Ce Macédonien, père de deux filles, est dans une profonde détresse depuis le décès de son bébé, mort d'une maladie génétique en septembre 2011.

Médecins, psychiatres et pédiatres sont, depuis plusieurs mois, au chevet d'une famille de Macédoniens en détresse. Le décès foudroyant, en septembre 2011, de leur bébé a aggravé l'état psychique du couple, d'origine rom. L'homme de 35 ans et sa femme sont actuellement internés à l'hôpital de Cery pour «dépression sévère». Leurs deux filles sont auprès de la grand-mère paternelle.

«Mon fils est mort à 1 an d'une maladie génétique. Il repose ici, à Lausanne», déclare le père de famille, en larmes. F. (10 ans), sa fille aînée, souffre d'une hanche défectueuse. Selon la doctoresse traitante, «le suivi orthopédique doit être mené sans interruption et ce genre de traitement n'existe pas en Macédoine». Elle trouve «essentiel que F. puisse rester en Suisse». Cadette de la famille, M. (6 ans) a des maux de tête récurrents et des difficultés de locution. Une énigme pour les médecins.

Version peu crédible selon les juges

Seulement voilà: le Tribunal administratif fédéral vient de s'aligner sur la position de l'Office des migrations. La demande d'asile du Macédonien est rejetée. Il se dit persécuté par la police de son pays. Une thèse peu crédible, pour Berne et les juges fédéraux. «La Macédoine dispose d'infrastructures médicales adéquates», ajoute le Tribunal pour légitimer le renvoi. Le couple, lui, espère un permis humanitaire pour toute la famille. «Notre fils est enterré ici et on veut nous expulser. Si on reste, on pourra au moins fleurir sa tombe», lance la mère en sanglots.

Ton opinion