Incendie à Yverdon: «Notre immeuble a brûlé quatre fois en deux ans»
Actualisé

Incendie à Yverdon«Notre immeuble a brûlé quatre fois en deux ans»

Après l'incendie de lundi matin, les requérants d'asile de la rue de Montagny 27 pensent que quelqu'un cherche à les faire déguerpir. L'enquête semble privilégier la piste criminelle.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye

«Je suis prête à aller dormir dans une église ou une mosquée, peu importe. Mais je ne veux plus rester ici. C'est le quatrième incendie en deux ans. J'ai peur de brûler vive avec mon enfant.» Une requérante d'asile domiciliée à Yverdon-les-Bains était sous le choc lundi matin. Vers 6h30, à l'instar d'une vingtaine d'autres migrants habitant un immeuble de la rue de Montagny 27, elle a été réveillée par les sirènes des pompiers: un incendie s'était déclaré au sous-sol. Deux étages plus haut, Mohamed, Suisse de 16 ans, qui habite avec sa mère, Bosnienne, vit dans la peur. «Ces incendies à répétition ne peuvent pas être un hasard. Nous voulons quitter cet endroit au plus vite.»

Acte intentionnel?

«Le feu a pris au sous-sol pour une raison indéterminée», déclare la police dans son communiqué. Même s'il tient à rester prudent à ce stade de l'enquête, Patrick Galeuchet, le procureur qui instruit cette affaire, ne cache pas qu'un «acte intentionnel semble probable». Pierre Imhof, le directeur de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants, dit qu'il y a déjà eu des suspicions d'incendies criminels dans des habitations occupées par des requérants d'asile. «Mais je n'ai pas eu connaissance d'une confirmation», précise-t-il. Selon nos renseignements, le foyer du sinistre est un matelas à côté duquel se trouvait un sac poubelle contenant du papier.

Commandant des pompiers d'Yverdon, Jean-Michel Benay affirme que les secours ont été rendus difficiles par le fait que la plupart des habitants ne parlent pas français. «Notre crainte était qu'ils comprennent mal nos instructions et sautent par la fenêtre. Comme ils étaient affolés, c'était donc plus prudent de les évacuer de l'immeuble», fait-il remarquer. Toutefois, les secours ont réussi à éviter le pire. Surtout qu'au rez-de-chaussée vit une famille avec un jeune homme lourdement handicapé.

Ton opinion