27.08.2020 à 07:56

Tenir le chocNotre pays a l’économie la plus résiliente au monde

La Suisse, la Finlande et le Canada sont les trois pays les plus résilients face à la pandémie de coronavirus, selon une étude de Swiss Re, société d’assurance et de réassurance.

de
awp
Le réassureur estime que la pandémie de Covid-19 va réduire la résilience macroéconomique mondiale de 20% en 2020. Photo d’illustration. 

Le réassureur estime que la pandémie de Covid-19 va réduire la résilience macroéconomique mondiale de 20% en 2020. Photo d’illustration.

KEYSTONE 

La Suisse dispose de léconomie la plus résiliente au monde face à la crise du Covid-19, suivie de près par le Canada et la Finlande, daprès une étude de Swiss Re publiée mercredi. Le réassureur estime que la pandémie de Covid-19 va réduire la résilience macroéconomique mondiale de 20% en 2020. Cette baisse significative est due aux réactions gouvernementales fondées sur des stimulus fiscaux et économiques, et qui réduisent considérablement leurs réserves monétaires.

«Le risque avec ces mesures économiques temporaires, cest quelles deviennent trop difficiles à retirer et quelles rendent les économies dépendantes dun stimulus permanent», a déploré Jean Haegeli, chef économiste chez Swiss Re. Alors quelles étaient considérées comme les plus résilientes en 2019, les économies du Royaume-Uni, du Japon et des États-Unis sont celles qui subiront le plus lourd recul cette année dans ce classement mondial. Lendurance de la Chine reste stable, principalement du fait de la réouverture précoce de son économie.

L’économie tient le choc

Lindex de résilience macroéconomique (E-RI), calculé par le réassureur, indique dailleurs que la capacité dabsorption de choc de léconomie mondiale était plus faible à laube de la vague pandémique de cette année que lors de la veille de la crise financière de 2008. Toujours daprès Swiss Re, la résilience des assurances vis-à-vis des trois risques que sont la mortalité, les dépenses de santé et les catastrophes naturelles a diminué. La part non assurée de ces trois risques représente 1240 milliards de dollars.

Cest plus précisément dans les risques liés aux frais de santé et à la mortalité que la part non couverte va se creuser le plus. Principalement du fait de la baisse des revenus des ménages, des frais croissants liés à la santé et des conséquences de la perte dun gagne-pain attribuable à la pandémie. Pour M. Haegeli, «le creusement de la part non couverte face aux risques est une immense opportunité pour les assureurs de remplir leur responsabilité dabsorbeurs de risques et daméliorer la résilience sociétale».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
236 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Daniel

28.08.2020 à 15:41

Tout est relatif car la Suisse n’échappe pas au désastre économique généré par la pandémie de Covid-19. Au deuxième trimestre, son PIB a enregistré une chute historique de 8,2 %. Et comme l’activité était en recul de 2,5 % en début d’année, le pays est désormais en récession, selon la définition courante.

fourberie

28.08.2020 à 08:01

Continuez a vendre des armes tout en faisant la promotion de la paix, Bravo notre Suisse.

La réalité versus la fiction

28.08.2020 à 06:55

Déjà deux collègues en quarantaine avec leurs petits juste parce qu'ils ont le nez qui coule. Vous pensez sérieusement que le monde du travail va accepter que, toutes les deux semaines, dès qu'un gamin ou quelqu'un a un rhume ou tousse légèrement, il soit mis en quarantaine pendant 10 jours ?!?