Afrique du Sud: «Notre peuple a perdu un père»
Actualisé

Afrique du Sud«Notre peuple a perdu un père»

Le charismatique leader de la lutte contre l'apartheid est décédé à l'âge de 95 ans, a annoncé le président sud-africain Zuma.

Le prix Nobel de la Paix Nelson Mandela est mort jeudi soir à Johannesburg, à l'âge de 95 ans. L'annonce a été faite à la télévision nationale par le président de l'Afrique du Sud Jacob Zuma.

«Notre bien-aimé Nelson Mandela, le président fondateur de notre nation démocratique, nous a quittés. Il est décédé en paix, entouré de sa famille, aux environs de 20h50 (19h50 en Suisse, ndlr). Notre nation a perdu son plus grand fils», a déclaré le président Zuma lors d'une intervention en direct à la télévision peu après 22h30 jeudi.

La date des funérailles n'a pas été annoncée, mais le corps de Nelson Mandela a été transféré dans un hôpital militaire de Prétoria, selon la radio publique sud-africaine SABC.

Dès l'annonce du décès de celui que le monde entier vénérait comme une incarnation de la réconciliation raciale, des centaines de personnes de toutes origines ont commencé à se rassembler près de la maison de Mandela, à Johannesburg.

Hommages unanimes

Toute la nuit, des hommages unanimes ont afflué de quasiment toutes les capitales du monde. Le monde du sport, auquel Mandela était attaché, n'est pas en reste: «Grâce à son extraordinaire vision, il a réussi à faire de la Coupe du monde 1995 un instrument pour favoriser l'émergence d'une nation», a rappelé le président de la Fédération sud-africaine de rugby Oregan Hoskins.

Au Brésil, qui accueille vendredi le tirage au sort de la prochaine Coupe du monde de football, l'émotion était immense également: «Il était mon héros, mon ami, mon compagnon dans la lutte en faveur de la cause du peuple et pour la paix dans le monde», a écrit sur son compte Twitter Pelé, la légende du football brésilien.

«Le pardon libère l'âme, il fait disparaître la peur. C'est pourquoi le pardon est une arme si puissante»: Nelson Mandela avait résumé, en une phrase devenue mythique, la vision du monde et de l'humanité qui a fait de lui le dirigeant le plus populaire du XXe siècle.

De son vivant déjà, le prix Nobel de la paix 1993 était vénéré bien au-delà des frontières de l'Afrique. Pour avoir arraché son pays au régime raciste de l'apartheid, et renoncé à toute vengeance contre la minorité blanche, qui l'avait emprisonné durant vingt-sept longues années.

Qualifié un jour d'«icône mondiale de la réconciliation» par Desmond Tutu, l'une des hautes figures de la lutte anti-apartheid, l'ancien président sud-africain incarnait des valeurs d'autant plus universelles qu'il n'a jamais prôné ni religion ni idéologie.

Séquelles d'une tuberculose

Nelson Mandela, qui avait fêté ses 95 ans le 18 juillet, avait été hospitalisé quatre fois depuis décembre 2012, à chaque fois pour des récidives d'infections pulmonaires.

Ces problèmes récurrents étaient probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour sur l'île prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l'apartheid. (20 minutes/ats/afp)

Nelson Rolihlahla Mandela

Le nom de naissance du leader charismatique est Rolihlahla Mandela. Rolihlahla signifie «enlever une branche d'un arbre» ou, plus familièrement, «fauteur de troubles», indique wikipedia. Mandela est le nom de son grand-père qui deviendra le nom de famille officiel après que le patriarche a été écarté de sa fonction de chef de village. Le premier jour d'école, son institutrice le prénomme Nelson. C'était alors la coutume de donner des prénoms anglais aux Africains.

Ton opinion