Foot - Lausanne-Sport: «Notre pressing gêne l'adversaire tout le match»
Actualisé

Foot - Lausanne-Sport«Notre pressing gêne l'adversaire tout le match»

Le défenseur Jérôme Sonnerat explique comment le Lausanne-Sport a réussi à se stabiliser défensivement avant la rencontre contre Sion prévue dimanche à la Pontaise.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Le défenseur lausannois Jérôme Sonnerat ne voit pas la rencontre contre Sion comme un match couperet.

Le défenseur lausannois Jérôme Sonnerat ne voit pas la rencontre contre Sion comme un match couperet.

Depuis le 16 février à Berne et la défaite 5-3 contre Young Boys, l'arrière-garde vaudoise semble avoir réellement pris ses marques. Lors des six rencontres qui ont suivi, les hommes de Marco Simone et Henri Atamaniuk ont marqué dix fois. Mais surtout, il n'ont encaissé que cinq buts. Une amélioration qui leur permet de croire plus que jamais à un sauvetage.

Jérôme Sonnerat, quels ont été les éléments qui ont permis au LS de se stabiliser défensivement?

- Il y a d'abord eu un gros travail tactique à effectuer. On a eu besoin de temps pour trouver de nouveaux automatismes. Aujourd'hui notre bloc équipe est plus compact et mieux huilé.

Physiquement, le groupe est également plus affûté. Quelle rôle cela joue-t-il?

- C'est vrai. La préparation hivernale a été très intense, c'était difficile. Mais on en récolte les fruits aujourd'hui. Notre meilleure condition physique nous permet par exemple de tenir la longueur. Notre pressing gêne l'adversaire durant tout le match.

Comment expliquez-vous la nouvelle capacité de l'équipe à gérer sereinement les moments-clés d'un match?

- On a appris de nos erreurs. Notamment après les rencontres face à Grasshopper et Thoune (ndlr: défaite 2-1 et match nul 2-2, le LS avait encaissé un but dans les derniers instants de chaque partie.) On arrive mieux à rester concentrés dans ces moments chauds, notamment en fin de match.

Dimanche, vous avez la possibilité de revenir à 1 point du FC Sion. Comment abordez-vous ce duel entre Romands?

- Comme n'importe quel autre match, sans se mettre de pression négative supplémentaire. On revient de loin, vous savez. Et la route est encore longue. Après ce match contre Sion, il en restera encore huit. Quoiqu'il arrive, on ne va pas s'enflammer maintenant.

Ton opinion