Mobile: Notre prise en main du Samsung Galaxy S5
Actualisé

MobileNotre prise en main du Samsung Galaxy S5

Sorti vendredi dernier, le smartphone haut de gamme du fabricant sud-coréen se présente comme une évolution qui gagne en fonctionnalités. Notre test.

par
Michel Annese

A première vue, le Galaxy S5 ne se différencie pas beaucoup de son prédécesseur, le Galaxy S4. Hormis un gabarit plus long et plus large, le dernier smartphone haut de gamme de Samsung en reprend passablement le design. Il se présente à nouveau avec une coque en plastique. Cela lui confère de la légèreté (145 g., contre 112 g. pour l'iPhone 5s et 160 g. pour le HTC One (M8)) mais toujours cet aspect de produit bon marché, comparé à la robe en aluminium de l'iPhone 5s et du HTC One (M8) ou en verre du Sony Xperia Z2. La coque arrière gagne tout de même en «qualité» avec sa surface poinçonnée qui se révèle très agréable au regard et au toucher. Quant au pourtour chromé, il ne brille pas par sa sobriété, mais les goûts sont discutables.

Du côté de l'écran, le Galaxy S5 est équipé d'une dalle Super AMOLED 5,1 pouces Full HD 1080p (432 ppi), dont on ne peut que souligner le haut niveau en termes de rendu des couleurs et de luminosité. L'écran est d'ailleurs légèrement plus grand que celui du Galaxy S4 (5 pouces). Cela ne justifie cependant pas le changement de taille général de l'appareil, qui est un peu plus encombrant.

Un smartphone qui ne craint pas l'eau

A part l'excellent écran, un autre point positif: son aspect «tout-terrain»: faire tomber l'appareil dans l'eau ou téléphoner sous la pluie n'est en effet plus à craindre. Certifié IP67, l'appareil est désormais étanche à l'eau (jusqu'à 1m de profondeur pendant 30 minutes) et à la poussière. Et ce, dans sa version de base, contrairement au Galaxy S4 qui l'était dans sa déclinaison Active. Le cache protégeant la prise Micro USB 3 est l'un des gardiens de l'étanchéité du Galaxy S5. Gare toutefois à bien le refermer et à s'assurer que la coque soit bien mise en place pour ne pas risquer de mauvaises surprises. L'écran Gorilla Glass 3 du nouveau smartphone promet par ailleurs une excellente résistance aux chocs et aux rayures. Sur ce point, nous nous sommes abstenus de pousser le test jusqu'au bout, contrairement à d'autres...

De nouvelles fonctionnalités

Un capteur d'empreintes a fait aussi son apparition. Contrairement au système ID Touch d'Apple, il fonctionne en glissant le doigt sur le bouton principal et non en l'appuyant simplement sur le capteur. Cette fonctionnalité, qui sert à déverrouiller l'appareil, accéder à certaines fonctionnalités ou finaliser des transactions en ligne (via PayPal), se montre très réactive. Il est par contre difficile de déverrouiller l'appareil d'une seule main, car la reconnaissance ne fonctionne qu'en glissant le doigt dans un seul sens. Il est donc nécessaire de tenir le smartphone d'une main et utiliser l'autre afin de bien poser le doigt à plat sur le capteur biométrique. De plus, seules trois empreintes au maximum peuvent être configurées, contre cinq sur l'iPhone 5s. Cette fonctionnalité s'avère donc moins pratique à utiliser que sur le smartphone d'Apple, même si elle reste efficace.

Le Galaxy S5, qui peut être couplé aux nouvelles smartwatches de Samsung, fait aussi la part belle au suivi des activités physiques. Un capteur de fréquence cardiaque a en effet été intégré au smartphone, même si son utilité semble plus cohérente sur un bracelet connecté. Il suffit de placer son doigt sous le capteur photo à l'arrière de l'appareil pour obtenir en quelques secondes le résultat. Dans nos tests, il a été parfois nécessaire de s'y prendre à plusieurs reprises pour obtenir un résultat dans l'application de suivi d'activité physique S Health de Samsung.

Un smartphone puissant

Au niveau de la puissance, le smartphone n'a rien à envier à ses concurrents. Il est propulsé par un processeur quadcore Qualcomm Snapdragon 801, le plus puissant du marché, cadencé à 2,5 GHz avec 2 Go de mémoire vive. Ce n'est donc pas au niveau des performances que l'utilisateur risque d'avoir des problèmes. Côté logiciel, on est aussi sur le dernier cri avec la dernière version d'Android KitKat 4.4.2, sur laquelle vient se greffer l'interface TouchWiz du fabricant. Celle-ci affiche désormais un flat design, très en vogue sur les dernières versions des systèmes d'exploitation, qui donne une allure plus plates aux icônes. La surcouche propose entre autres My Magazine, une interface conçue par Flipboard pour afficher ses flux d'actualités et consulter ses réseaux sociaux.

L'appareil hérite aussi d'un «Mode Enfant» sécurisé, qui comme son nom l'indique permet de prêter son dispositif à un jeune utilisateur. Cela limite l'accès à des apps de jeux préinstallées ainsi qu'aux programmes que l'on aura autorisés, afin d'éviter de mauvaises surprises. Pratique. Tout comme le mode Privé, qui permet de dissimuler à des yeux indiscrets certaines photos ou fichiers stockés sur l'appareil.

Vidéo et photo

Samsung a aussi fait évoluer son capteur photo qui est désormais de 16 mégapixels (contre 13 mégapixels pour le Galaxy S4). Annoncé comme très rapide, l'autofocus permet effectivement de faire une mise au point dans un temps très bref (0,3 seconde). L'appareil dispose aussi d'un mode HDR qui compense les effets de contre-jour, et ce même en mode vidéo, ce qui est un vrai plus. Le Galaxy S5 permet par ailleurs d'enregistrer des vidéos en résolution 4K (3840 x 2160 pixels).

Quant à la fonctionnalité de mise au point sélective, une fois activée dans le mode photo, elle permet, en prenant plusieurs clichés à la suite, de choisir a posteriori sur quelle partie de l'image on désire faire la mise au point. Trois possibilités sont offertes: mise au point proche, mise au point loin ou mise au point panoramique. Attention toutefois à rester bien stable lors de prises de photos en mode HDR ou en mode mise au point sélective, au risque de voir apparaître certains petits défauts comme des dédoublements d'images. Gros bémol: en basse luminosité, le capteur a toujours des difficultés à reproduire des images qui ne soient pas bruitées ou floues.

Parmi les autres points, on notera que l'appareil dispose toujours d'une batterie amovible. Elle passe de 2600 du Galaxy S4 à 2800 mAh, ce qui lui confère une bonne autonomie. Le Galaxy S5 dispose aussi d'un port pour carte MicroSD afin d'en augmenter sa capacité de stockage qui est de (seulement) 16 Go. Enfin, outre les habituels contrôles par gestes, qui restent malgré tout des fonctionnalités gadget, l'appareil dispose d'une option Smart Booster. Elle permet de cumuler la vitesse de téléchargement du Wi-Fi avec celle du 4G afin d'accélérer le téléchargement de gros fichiers. Cette possibilité ne fonctionne cependant pas pour le téléchargement d'applications dans le Google Play Store ou la boutique Samsung Apps. Dommage.

Conclusion

Avec le Galaxy S5, Samsung a livré une version plus aboutie et performante du modèle précédent. Ses qualités lui permettent de régater sans efforts face à ses principaux concurrents. Processeur, écran, capteur photo ont été améliorés et intégrés dans un écrin plus élégant, mais aussi plus encombrant malgré une dalle de seulement 0,1 pouce plus large que celle du Galaxy S4. Son étanchéité, l'autonomie de sa batterie et la partie logicielle de l'appareil sont aussi à mettre dans les points positifs. Petit bémol néanmoins pour le matériel plastique adopté et les faibles performances photo en basse luminosité.

Les plus:

- performances

- qualité de l'écran

- étanchéité

- autonomie

- capteur photo (autofocus rapide, mode HDR, vidéo 4K, mise au point sélective)

Les moins:

- plastique peu luxueux, mais néanmoins léger

- capteur d'empreintes moins pratique que sur l'iPhone 5s

- capteur photo peu performant en basse luminosité

- son prix: 799 francs

Ton opinion