Actualisé 19.12.2012 à 16:42

«Alerte enlèvement»

Nourisson enlevé dans une maternité française

Un nouveau-né, Lucas, né dimanche, a été enlevé mardi soir à la maternité de Nancy (Est de la France) par une femme, déguisée en membre du personnel. Une «Alerte enlèvement» a été déclenchée.

La maternité de Nancy dans laquelle le drame s'est produit.

La maternité de Nancy dans laquelle le drame s'est produit.

La police française a mobilisé mercredi des moyens exceptionnels pour retrouver un bébé de deux jours enlevé dans une maternité de l'est de la France par une jeune femme se faisant passer pour membre du personnel hospitalier.

Les autorités françaises ont déclenché, fait rare, une «alerte enlèvement», dispositif né aux Etats-Unis et entré en vigueur en France en 2006, qui consiste à alerter massivement à la radio, à la télévision et sur les panneaux des gares et autoroutes, pour mobiliser la population dans la recherche de l'enfant enlevé et de son ravisseur.

Selon les premiers éléments, la ravisseuse présumée, une femme, blanche, mince, âgée de 16 à 20 ans, s'est fait passer mardi soir pour une «auxiliaire de vie» dans une maternité de Nancy.

Bébé transporté dans un sac

La jeune femme vêtue d'une blouse est entrée dans la chambre du petit Lucas, né dimanche. «Il y avait deux mamans dans la chambre. A la première, qui était encore éveillée, elle a proposé de prendre son bébé, mais la mère a refusé. La suspecte a alors pris l'enfant de la seconde mère qui, elle, dormait», a expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

La police recherche désormais une femme «vêtue d'un blouson, d'une chemise et d'un pantalon sombre et porteuse d'une écharpe». «Elle aurait transporté le nourrisson dans un sac de couleur sombre tenu en bandoulière», selon le message de l'alerte enlèvement.

Une source policière a expliqué à l'AFP que «plusieurs appels téléphoniques ont déjà été reçus, mais qu'aucune piste n'est pour l'instant privilégiée».

Mère traumatisée

Le bébé était vêtu d'un pyjama bleu. Il était en bonne santé et pesait 3,7 kg. «Les premières heures sont importantes pour figer la situation et empêcher toute fuite à l'étranger», a souligné le directeur de la police judiciaire de Nancy, Alain Couic.

Les polices des pays frontaliers (notamment en Belgique et au Luxembourg) ont été sollicitées.

La mère de l'enfant, âgée de 24 ans et dont le petit Lucas est le deuxième enfant, «est plus que traumatisée par ce qui s'est passé», selon le procureur.

«Froid dans le dos»

Devant la maternité, les jeunes mamans interrogées par l'AFP faisaient part de leur inquiétude, sans céder toutefois à la psychose. Pour Aurélie, 32 ans, qui a accouché d'un petit Gabriel il y a un mois et demi, «ce qui s'est passé fait froid dans le dos».

«Pendant la grossesse, on nous a dit de faire attention quand on ouvre la chambre, mais sans plus. Après, on y pense, sans que ce soit obsédant», confie la jeune femme.

En août dernier, deux bébés avaient été enlevés dans des maternités puis retrouvés quelques heures plus tard: le premier à Aubervilliers, dans la banlieue parisienne, le second à Marseille (sud). (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!