Krewella à Bulle (FR) : «Nous avons renoncé à nous mettre des barrières»
Publié

Krewella à Bulle (FR) «Nous avons renoncé à nous mettre des barrières»

Le duo américain Krewella sera derrière les platines du Globull à Bulle (FR) le 7 mars 2020. Interview des frangines en marge de la sortie d'un album.

par
Fabien Eckert
Yasmine (à g.) et Jahan Youssaf ont monté leur groupe en 2007.

Yasmine (à g.) et Jahan Youssaf ont monté leur groupe en 2007.

DR

La carrière de Krewella n'a rien d'un long fleuve tranquille. Le groupe était originellement un trio avant de devenir un duo formé par les soeurs Jahan (30 ans) et Yasmine (28 ans). Ensemble, elles ont fait les belles heures de l'EDM depuis 2013, année de la sortie de leur hit «Alive». Depuis lors, les Américaines ont connu des hauts et des bas dans leur carrière. Ce qui n'a pas empêché Krewella de sortir «Zero» en janvier 2020. Surprise, ce disque ne donne pas dans l'EDM, mais plutôt dans une pop matinée de musique électronique.

Votre album est différent de vos précédentes productions. Vous vous éloignez des bombes à dancefloors et de l'EDM.

Nous avons pris la décision en toute conscience de renoncer à nous mettre des barrières, que nous nous étions auto-imposées sur la question du style. Nous avons aussi cessé de réfléchir à quoi devrait ressembler le son de Krewella. Ce qui en est ressorti? C'est plus d'authenticité et une écriture plus intuitive. Ce processus de lâcher prise a rendu la création de cet album beaucoup plus agréable. Autre facteur: on fait confiance à nos fans. Ils ont évolué à mesure qu'ils ont mûri et ils sont maintenant plus ouverts à entendre notre réinvention.

On peut entendre sur certains titres des sonorités orientales. C'est un hommage à vos origines?

Complètement. C'était important de synthétiser nos racines pakistanaises avec notre éducation occidentale à travers les sons, les mélodies mais aussi les visuels et les couleurs.

Avez-vous le sentiment que ce disque marque le début d'une nouvelle ère pour Krewella?

Oui, définitivement. Nous nous mettons constamment au défi de grandir, de surmonter les aspects négatifs, de libérer nos esprits et d'ouvrir nos coeurs. Le fait de stagner et de ne pas trouver la bonne énergie a toujours provoqué chez nous une envie de réinvention.

Pourquoi avoir attendu 7 ans après votre premier album «Get Wet» pour sortir ce deuxième?

Au début, l'intention était de créer uniquement un EP qui suivait celui baptisé «New World» datant de 2017. Mais nous n'arrivions pas à arrêter d'écrire. Lorsque nous avons fait le point pour voir combien de chansons nous avions commencées, nous avons réalisé que grâce à nos dizaines et dizaines de démos, nous en avions suffisamment pour créer un album.

Ça a encore un sens pour vous de sortir un album?

Oui. Nous avons grandi avec ce format et nous avons toujours aimé nous plonger dans une oeuvre entière. Donc, bien que l'industrie de la musique dit que les fans n'ont plus la patience pour les albums, nous avons publié ce que nous voulions entendre en tant qu'auditeur. Autre point, nous ne sommes plus sous l'influence des tendances du marché comme nous l'étions auparavant. En tant qu'artistes indépendantes autofinancées, nous nous sentons libres de toute formule ou règle.

Être deux filles sur la planète clubbing, avantage ou désavantage?

Les deux. D'après ce que nous avons vécu, les gens cherchent souvent une autre «forme» artistique que celle qu'ils voient habituellement. Être des femmes est donc un avantage dans ce cas-là. D'un autre côté, les femmes sont souvent et facilement dénigrées rapport à leur talent ou à leurs compétences techniques. Ça reste une bataille difficile pour toutes les femmes artistes.

Des rituels avant de monter sur scène?

Oui, des étirements parce que durant nos live on bouge énormément et intensivement. On prend également de profondes respirations pour créer une espèce de calme intérieur juste avant la tempête.

Vous avez de nombreuses dates jusqu'en juillet 2020. Vous reviendrez d'ailleurs en Suisse au Saint-Gall Open Air le 25 juin. Comment se préparer à une aussi grosse tournée?

Nous créons notre set (visuels, musique, structure, production, etc.) de A à Z. On essaie d'y insuffler un max d'énergie. Ça demande d'être prêt physiquement et vocalement. Ce n'est pas évident d'enchaîner des live de grande intensité durant 90 minutes qui mélangent chant, Deejaying et session d'aérobic!

Ton opinion