«Nous mangions des racines, des vers de terre»
Actualisé

«Nous mangions des racines, des vers de terre»

Ils ont passé cinq jours dans la nature en ne comptant pour leur survie que sur un couteau et une pince à tiques.

C'est un peu un remake en version courte du film naturaliste «Into The Wild», dans lequel un jeune s'essaie à une vie en dehors de toute civilisation, qu'ont réalisé Laurent Wyss, 31 ans, et Sebastian Schoop, 26 ans. «Mais nous avons eu l'idée de notre aventure avant qu'«Into The WIld» ne sorte», précise d'emblée Laurent Wyss, journaliste reporter d'images pour la chaîne locale TeleBielingue. «Le principe de base est le même. Quand nous nous sommes lancé ce défi, nous voulions savoir s'il était possible de passer cinq jours dans la nature sans rien qui soit en lien avec la civilisation.»

Pari lancé, les deux compères sont partis le 12 juillet de Perrefite, dans la région de Moutier, en se promettant de rejoindre Bienne cinq jours plus tard, moyennant un passage par le Chasseral. «Le plus dur, c'était la nuit, quand il pleuvait. La première nuit, nous n'avons pas dormi, nous avons continué de marcher. Pour nous nourrir, nous avons mangé des racines de pissenlit, des feuilles de différents arbres, et parfois des vers de terre. Pour l'eau, c'était à la source, dans une rivière ou un abreuvoir à vaches. Mais interdiction de boire aux fontaines!» Avec un tel régime, les deux compères avaient froid, même en plein soleil, s'ils s'arrêtaient de marcher. «Sur la fin, je me sentais presque en transe, une transe de bonheur.»

Nando Luginbuhl

Ils ont filmé leur périple

Outre le couteau et la pince à tiques (qui n’a heureusement pas servi), les deux aventuriers ont emporté une caméra. Laurent Wyss a filmé le périple, afin de réaliser «Ohne Nichts/Sans rien», un documentaire en plusieurs épisodes diffusés dès lundi soir et jusqu’au 1er août sur la chaîne de télévision TeleBielingue dès 19h. Par ailleurs, un récit détaillé est proposé dans «Le Journal du Jura» de lundi jusqu’à vendredi.

Ton opinion