Actualisé 23.04.2008 à 20:33

«Nous ne baisserons pas nos culottes. C'est clair»

Appelés pour embarquer un fauteur de troubles à Aigle, deux policiers ont été tabassés par ses
potes.

«Je lui ai dit que s'il était fatigué, il fallait qu'il rentre dormir à la maison.» Le remplaçant du patron du Buffet de la Gare n'aurait jamais imaginé que son conseil aurait pareille conséquence. Car le jeune homme ivre à qui il a demandé d'aller dormir ailleurs le samedi 12 avril vers 18 h a pété les plombs. «Il m'a craché dessus, tiré des coups de poing et déchiré la chemise.»

La police a dû intervenir. Et tout a dégénéré. Car, comme l'a relaté 24 heures hier, les agents qui sont intervenus se sont fait rouer de coups par les copains de l'énergumène. Quatre ou cinq jeunes ont extrait de la voiture de patrouille leur pote menotté et un policier. Ils ont frappé ce dernier, ainsi que son collègue venu l'aider. Une vingtaine de «spectateurs» auraient filmé la scène en rigolant.

Les personnes incriminées seraient de jeunes adultes connus pour traîner sur la place. «C'est très grave, réagit Christophe Loye, commissaire remplaçant. Un des deux policiers a une entorse cervicale. Il y a eu des menaces de mort envers les agents et leurs familles. Une chose est claire: nous ne baisserons pas nos culottes et la place de la Gare ne sera pas une zone de non-droit.»

Sébastien Jost

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!