Collège occupé à Lausanne: «Nous partirons quand on nous proposera mieux!»
Actualisé

Collège occupé à Lausanne«Nous partirons quand on nous proposera mieux!»

Le collectif de la Route de Berne 50, qui regroupe les migrants délogés du Sleep-in, n'a pas goûté la plainte de la Ville de Lausanne. Le ton se durcit.

Le collectif demande une solution de logement «digne» pour les migrants.

Le collectif demande une solution de logement «digne» pour les migrants.

Les discussions se musclent dans le conflit qui oppose la Ville de Lausanne au collectif de la route de Berne 50. A la fin du mois d'août, ce dernier avait illégalement pris ses quartiers dans un ancien collège désaffecté, après que le jardin du Sleep-in leur avait été interdit. Une septantaine de migrants y logent. Mais une plainte de la ville de Lausanne pourrait raccourcir leur séjour.

Dans un communiqué de presse publié vendredi, le collectif répond fermement au maintien de cette plainte: «La Ville de Lausanne renvoie encore une fois une septantaine de personnes à la rue, indique-t-il. (...) Les intimidations incessantes de la police autour de la maison ne tairont pas nos revendications. Nous partirons quand la Ville de Lausanne nous proposera une autre maison de taille égale ou supérieure pour vivre ensemble dans des conditions dignes et humaines!»

La Municipalité avait immédiatement dénoncé cette occupation d'un immeuble qui devait être transformé pour accueillir bientôt une crèche. Elle avait en outre rappelé le rôle que doit mener le Canton dans cette situation humanitaire qu'elle décrit comme difficile. La justice pénale ou civile déterminera prochainement si et quand une évacuation pourra être prononcée. (20 minutes)

Ton opinion