Revendication: «Nous sommes prêts à réoccuper le California»
Actualisé

Revendication«Nous sommes prêts à réoccuper le California»

Les défenseurs des mal-logés ont menacé samedi de squatter de nouveau l'ex-hôtel, évacué en 2004.

«Nous demandons à être reçus au plus vite par le conseiller d'Etat Mark Muller, a scandé, samedi après-midi, le porte-parole du collectif des Mal-logés. On se fait balader depuis quatre ans. Et l'immeuble est toujours vide.» Il s'exprimait ainsi, sous l'oeil des caméras policières, sur le dossier symbolique de l'ex-Hôtel California aux Pâquis.

«Si les autorités ne nous donnent pas une date pour le début des travaux, nous prévoyons une nouvelle occupation de l'immeuble, a-t-il précisé. Dans ce contexte de crise du logement, il est inacceptable que des immeubles restent inoccupés aussi longtemps.»

Le Département des constructions (DCTI) se défend. Il estime que le dossier suit son cours normalement. «Le nouveau propriétaire a repris ce bien en connaissant les conditions de l'accord passé avec l'ancien propriétaire en 2004», a confirmé son porte-parole, Laurent Forestier. Deux millions de francs sont bloqués chez un notaire jusqu'en avril 2009 pour la réalisation des travaux. Des appartements bon marché pour étudiants devraient voir le jour. Mais les défenseurs des mal-logés craignent que l'accord ne soit pas respecté.

Le Parti socialiste a, de son côté, déposé la semaine dernière trois interpellations urgentes au Grand Conseil pour dénoncer l'état d'insalubrité d'immeubles aux Pâquis (Le California, le 12, rue des Alpes et le 19, rue de Monthoux), laissés à l'abandon.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion