Actualisé 01.05.2015 à 12:44

Etats-Unis«Nous sommes tous blondes»

L'ambassadeur américain en Turquie a, vendredi, renvoyé la balle avec humour aux attaques sexistes du très controversé maire d'Ankara à l'endroit de la porte-parole de la diplomatie américaine en postant une photo de lui avec les cheveux blonds.

L'ambassadeur américain s'est teint les cheveux en soutien à Marie Harf.

L'ambassadeur américain s'est teint les cheveux en soutien à Marie Harf.

Melih Gökçek, à la tête de la capitale turque depuis 1994 et soutien indéfectible du président Recep Tayyip Erdogan, s'en était pris vertement mercredi à Marie Harf à propos des émeutes de Baltimore, lançant «Allez la blonde, réponds maintenant!» sur son compte Twitter.

Il y associait un portrait de Mme Harf à la photo de deux policiers américains frappant un manifestant à terre lors des violentes manifestations qui agitent la ville du nord-est des Etats-Unis.

«Où es-tu, stupide blonde, toi qui as accusé la police turque de recourir à la force de façon excessive?» avait-il ajouté, faisant référence aux critiques américaines face à la violente répression des manifestations en Turquie en 2013.

En juin 2013, Washington avait, comme de nombreuses capitales étrangères, sévèrement condamné la violente répression des manifestations en cours en Turquie contre le régime de M. Erdogan. Les affrontements s'étaient soldés par au moins 8 morts, plus de 8000 blessés et des milliers d'arrestations.

Mme Hark avait refusé de répondre aux insultes proférées par M. Gökçek lors de son point presse quotidien.

Habitué aux polémiques

Mais l'ambassadeur américain en Turquie, John Bass, a répondu vendredi via son compte Instagram, en publiant une photo de lui sur laquelle sa chevelure est devenue blonde.

«Diplomates américains: nous sommes tous blondes», a-t-il écrit en guise de légende.

Surnommé «Melih le fou» par ses détracteurs, le maire d'Ankara est un habitué des sorties polémiques et des projets iconoclastes.

Il a ainsi été moqué le mois dernier pour avoir fait ériger une statue d'un robot du style des «Transformers» dans le centre de la capitale pour faire la promotion d'un parc à thèmes. La statue du robot a depuis été enlevée, mais la polémique ne s'est pas apaisée, car elle a été remplacée par la statue d'un tyrannosaure géant.

Des soupçons de fraude ont entaché sa victoire aux municipales de 2014 qui l'ont reconduit pour la cinquième fois à son poste. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!