Rencontre Lavrov-Clinton à Genève: Nouveau départ des relations russo-américaines
Actualisé

Rencontre Lavrov-Clinton à GenèveNouveau départ des relations russo-américaines

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont convenu vendredi à Genève de relancer les relations entre les deux pays.

«C'est un bon début», a affirmé la responsable américaine.

Les deux chefs des diplomaties russe et américaine ont annoncé vouloir conclure un accord sur le Traité de réduction des armes stratégiques (START-1) avant la fin de l'année, date de l'expiration du traité.

«Il n'y a pas de temps à perdre», a déclaré Hillary Clinton. «Nous allons commencer à travailler ensemble immédiatement pour traduire les paroles en actes», a-t-elle affirmé au terme d'un entretien de deux heures et demi avec son homologue russe, qualifié de «très productif».

Déclarant qu'une relance des relations russo-américaines «prendrait du temps», Hillary Clinton a affirmé qu'il fallait «plus de confiance, de prévisibilité et de progrès». Pour la nouvelle secrétaire d'Etat, priorité doit être accordée au traité sur le désarmement ainsi qu'à la prévention contre le risque de prolifération nucléaire.

Nouvel esprit de coopération

«Il s'agit d'un nouveau départ non seulement pour améliorer nos rapports bilatéraux, mais pour faire progresser le monde vers un avenir plus pacifique», a souligné Hillary Clinton. «Nous avons poussé le bouton de la reprise du dialogue», a déclaré Sergueï Lavrov.

Il a insisté sur le nouvel esprit de coopération bilatérale. Les deux pays ont convenu de travailler «de manière franche et ouverte comme partenaires» sur tous les sujets de désaccord, a-t-il dit.

Le ministre russe a estimé qu'un accord est possible avec Washington sur «les armes offensives et les défenses antimissiles». Les président américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev se rencontreront le 2 avril à Londres pour fixer les grandes orientations stratégiques, a-t-il précisé, en se déclarant «très satisfait» de son entretien.

Iran: poursuite des sanctions

Washington et Moscou vont aussi tenter de rapprocher leurs positions sur des dossiers comme l'Iran, la Corée du Nord et l'Afghanistan. Sur l'Iran, Hillary Clinton s'est toutefois prononcée pour une poursuite des sanctions unilatérales et multitalérales contre Téhéran afin de dissuader ce pays de se doter de l'arme nucléaire.

La secrétaire d'Etat américaine a dit sa volonté de remettre les discussions sur «une piste sérieuse» à propos du projet de bouclier antimissile américain en Europe orientale.

Les relations bilatérales entre les Etats-Unis et la Russie se sont nettement tendues durant la présidence Bush. En août dernier, lorsque l'armée russe est intervenue en Géorgie, l'administration républicaine avait tenté d'isoler Moscou, notamment au sein de l'OTAN qui avait gelé son dialogue avec les Russes.

Erreur de traduction

Anecdote du court séjour genevois la femme de l'ex-président américain Bill Clinton, le «bouton de remise à zéro» offert par Hillary Clinton à son homologue russe a fait beaucoup rire, en raison d'une erreur de traduction.

Dès son arrivée dans la salle du 18e étage de l'hôtel Intercontinental, Mme Clinton avait pris à part M. Lavrov en lui disant: «J'ai un cadeau pour vous qui symbolise ce que le président Obama, le vice-président Joe Biden et moi-même avons dit: nous voulons repartir à zéro et nous allons le faire ensemble».

Elle lui a alors remis une boîte carrée entourée d'un ruban. Elle contenait un support en plastique noir et jaune, sur lequel était posé un gros bouton-poussoir rouge autour duquel était écrit en russe et en anglais «bouton de remise à zéro».

Le problème est qu'un mot de la traduction en russe était erroné. Au lieu de «remise à zéro», le mot utilisé voulait dire «surcharge». Les deux ministres ont convenu en riant que l'agenda entre les deux pays était effectivement surchargé et qu'ils doivent travailler à une meilleure compréhension également sur le plan linguistique.

(ats)

Ton opinion