Crise migratoire: Nouveau naufrage au large de la Turquie
Publié

Crise migratoireNouveau naufrage au large de la Turquie

Au moins 22 migrants, dont quatre enfants, sont morts mardi matin au large des côtes du sud-ouest de la Turquie. Ils tentaient de rallier l'île grecque de Kos.

1 / 96
Une embarcation bascule dans la mer au large des côtes libyennes. Le cliché a été pris par les gardes-côtes italiens. (Dimanche 29 mai 2016)

Une embarcation bascule dans la mer au large des côtes libyennes. Le cliché a été pris par les gardes-côtes italiens. (Dimanche 29 mai 2016)

Reuters/Marina Militare
Un homme enroulé dans une couverture sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 15 avril 2015. Le pape François et le patriarche de Constantinople Bartholomée se sont rendus sur l'île le 16. (Vendredi 15 avril 2016).

Un homme enroulé dans une couverture sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 15 avril 2015. Le pape François et le patriarche de Constantinople Bartholomée se sont rendus sur l'île le 16. (Vendredi 15 avril 2016).

Keystone
Athènes a commencé jeudi à évacuer du port du Pirée des centaines de migrants. (Jeudi 31 mars 2016)

Athènes a commencé jeudi à évacuer du port du Pirée des centaines de migrants. (Jeudi 31 mars 2016)

Keystone

Les naufrages de migrants en Méditerranée se poursuivent toujours.

Une embarcation a chaviré au petit matin. Pour l'heures, 22 personnes sont mortes noyées parmi lesquelles quatre enfants. Rapidement sur les lieux, les garde-côtes turcs ont réussi à sauver 211 personnes, dont les nationalités n'ont pas été précisées, qui avaient pris place à bord du bateau parti de la région de Datça, a précisé Dogan.

Des opération étaient toujours en cours mardi matin pour tenter de retrouver d'autres survivants.

L'embarcation a chaviré vers 6h locales (5h) dans les eaux internationales, ont rapporté les médias turcs.

Traversées périlleuses

Depuis plusieurs mois, un nombre croissant de migrants, pour l'essentiel des Syriens, des Afghans et des Africains, tentent de traverser dans des conditions périlleuses la mer Egée depuis les côtes du sud-ouest de la Turquie pour rejoindre les îles grecques, portes d'entrée de l'Union européenne (UE).

Les naufrages sont fréquents dans ce secteur de la mer Egée.

Au début d'un mois, les photos d'un petit réfugié Syrien de 3 ans, Aylan Kurdi, retrouvé mort sur une plage de la station balnéaire de Bodrum ont suscité une vague d'émotion et d'indignation planétaire et contraint l'UE a entrouvrir ses frontières aux réfugiés.

Entre Bodrum et l'île de Kos, chaque candidat à l'exil paie plus de 1000 dollars (900 euros), pour l'un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l'Europe.

Les autorités turques affirment avoir porté secours à plus de 42'000 migrants au large de leurs côtes depuis le début de l'année 2015. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion