Genève: Nouveau palais de justice: Jornot est optimiste
Actualisé

GenèveNouveau palais de justice: Jornot est optimiste

Le procureur général a annoncé que la construction d'un nouveau siège judiciaire était une priorité de l'Exécutif genevois. Il devrait coûter moins cher que prévu.

par
Julien Culet
1 / 6
Le secteur de l'Etoile touchera le ciel avec trois grands tours, selon le projet lauréat.

Le secteur de l'Etoile touchera le ciel avec trois grands tours, selon le projet lauréat.

Dupraz et Byrne/Yves André
Place de l'Etoile (place centrale).

Place de l'Etoile (place centrale).

Dupraz et Byrne
Des ilots de verdure sont prévus dans le quartier.

Des ilots de verdure sont prévus dans le quartier.

Dupraz et Byrne

La construction d'un nouveau palais de justice à Genève se fait de plus en plus précise. Le procureur général Olivier Jornot n'a pas caché sa satisfaction, mardi matin lors de la présentation du compte rendu annuel de l'activité du pouvoir judiciaire. «Avec les progrès réalisés cette année, le palais se rapproche de nous», a-t-il imagé.

Le Conseil d'Etat a inscrit il y a dix jours à son plan décennal des investissements le crédit pour la réalisation du nouvel écrin de la justice genevoise, a annoncé le magistrat. «Ce projet devient ainsi une priorité primaire (sic). Il y a une vraie volonté politique de le réaliser», se félicite le procureur général.

Installation moins coûteuse

Autre source de satisfaction, le coût de ce palais a été revu à la baisse. L'enveloppe s'élève maintenant à 320 millions, contre 480 millions prévus auparavant. «Nous ne réduisons pas nos ambitions, précise le magistrat. Cette baisse correspond à un affinage de nos besoins en surface.»

L'étude de faisabilité menée actuellement par l'Office des bâtiments a aussi confirmé qu'il sera bel et bien possible d'implanter le palais dans le secteur de l'Etoile. Ce dernier doit sortir de terre à l'horizon 2020 au cœur du quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV).

Structures actuelles inadaptées

Ce nouveau lieu regroupera les services de la justice, qui sont aujourd'hui éparpillés à travers Genève. «L'éclatement des sites coûte 20 millions de francs par an en loyers, convoyages de détenus et transferts de dossiers», explique Olivier Jornot. Le palais actuel, situé à Bourg-de-Four, est aussi jugé vétuste et trop petit. Il doit subir des travaux en 2018 pour qu'il puisse tenir son rôle jusqu'à la livraison des nouvelles installations, prévue en 2028.

Activité judiciaire intense

Activité judiciaire intense

Pour la deuxième année consécutive, la justice genevoise a dépassé, en 2016, la barre des 100'000 affaires enregistrées. Le Tribunal de police a été particulièrement sollicité. En cause, un nombre toujours croissant d'oppositions aux ordonnances pénales émises par le Service des contraventions. Il est aussi confronté aux nouvelles dispositions relatives à l'expulsion des délinquants étrangers, entrées en vigueur le 1er octobre 2016.

Ton opinion