Actualisé 01.05.2011 à 14:15

Dernière mission d'EndeavourNouveau report du lancement de la navette

La navette spatiale Endeavour ne décollera pas avant plusieurs jours. Un problème sur un appareil de chauffage de la navette en est la cause. Aucune nouvelle date de lancement n'a été fixée.

Le public qui espérait assister au décollage de la navette spatiale Endeavour pour sa dernière mission s'est déplacé pour rien.

Le public qui espérait assister au décollage de la navette spatiale Endeavour pour sa dernière mission s'est déplacé pour rien.

Le lancement de la navette spatiale américaine Endeavour, prévu lundi, a été une reporté à une date indéterminée, ont annoncé dimanche des responsables de la NASA. Aucune nouvelle date n'a été encore été fixée pour un lancement.

Le décollage, initialement prévu vendredi 29 avril, avait été reporté une première fois au lundi 2 mai en raison d'un problème sur un appareil de chauffage de la navette. D'après des responsables de l'agence spatiale américaine, le remplacement de l'équipement défectueux et les essais prendront plusieurs jours.

Panne du thermostat

Les ingénieurs ont travaillé toute la nuit pour tenter de déterminer la cause de la panne du thermostat d'un système de chauffage essentiel pour éviter que ne gèlent dans l'espace des conduites de carburant d'un des trois turbogénérateurs d'Endeavour. Ces générateurs d'électricité alimentent notamment le système hydraulique de la navette.

Le principal objectif de la dernière mission d'Endeavour est la livraison à l'ISS du spectromètre magnétique Alpha 2 (AMS), un module de sept tonnes visant à s'attaquer aux plus grandes questions posées par la formation de l'Univers comme l'existence de l'antimatière ou la nature de la matière noire invisible.

L'AMS est le fruit d'une collaboration internationale dirigée par le professeur Samuel Ting du Massachusetts Institute of Technology, prix Nobel de physique et initiateur du projet auquel 60 laboratoires de 16 pays participent.

Au musée

Après la navette, la Nasa dépendra des Soyouz russes pour acheminer ses astronautes à l'ISS au prix de 51 millions de dollars le siège dans l'attente qu'un autre vaisseau spatial américain, sans doute commercial, ne prenne la relève d'ici quatre ans, au mieux.

Les trois orbiteurs, Discovery, Endeavour et Atlantis ainsi qu'Enterprise, un véhicule expérimental n'ayant jamais volé dans l'espace, ont été attribués à quatre musées américains. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!