Soudan du Sud: Nouveaux combats dans la localité de Bor
Actualisé

Soudan du SudNouveaux combats dans la localité de Bor

Des combats opposaient mardi matin des soldats de l'armée du Soudan du Sud à des rebelles dans la ville de Bor, à 190 km au nord de la capitale Juba. Les rebelles sont sans doute proches de l'ancien vice-président Riek Machar.

«Nous combattons à présent les rebelles», a déclaré le maire de la ville, Nhial Majak Nhial, joint par téléphone par Reuters. La localité, chef-lieu de l'Etat de Jonglei, est inaccessible aux journalistes.

Ces nouveaux combats ont lieu alors que l'Union africaine (UA) a menacé de sanctions ciblées ceux qui incitent à la violence au Soudan du Sud et entravent les efforts pour mettre fin à deux semaines de combats dans le pays.

Lors d'une réunion lundi soir en Gambie, le conseil de paix et de sécurité de l'UA s'est dit consterné par ce bain de sang qui a fait plus de mille morts en quinze jours dans ce pays indépendant depuis 2011.

Ultimatum de l'UA

Les pays voisins du Soudan du Sud ont donné aux protagonistes du conflit, opposant depuis la mi-décembre les forces du président Salva Kiir à celles de son ancien vice-président Riek Machar, jusqu'à la fin de la journée de mardi pour faire taire les armes et entamer des négociations.

Le conseil «exprime son intention de prendre des mesures appropriées, dont des sanctions ciblées, contre tous ceux qui incitent à la violence, notamment selon des critères ethniques, poursuivent les hostilités et sapent le dialogue d'ouverture envisagé», a déclaré le conseil de l'UA dans un communiqué.

Les combats ont éclaté le 15 décembre dans la capitale Juba avant de s'étendre à plus de la moitié du pays, laissant craindre une guerre civile entre Dinka et Nuer, les deux ethnies dominantes du Soudan du Sud. Des miliciens Nuer avaient massacré des Dinka, l'ethnie de Salva Kiir, lors d'affrontements ethniques en 1991. (ats)

Ton opinion