Burundi: Nouveaux heurts meurtriers au Burundi
Actualisé

BurundiNouveaux heurts meurtriers au Burundi

La police burundaise a ouvert le feu mardi sur des manifestants rassemblés pour protester contre la candidature du président sortant Pierre Nkurunziza.

Deux agents au moins ont fait usage de leurs armes à Butarere, un quartier de Bujumbura, où une femme a été tuée, selon un manifestant. D'après un journaliste de Reuters, des contestataires s'en sont brièvement pris à une policière qu'ils accusaient d'avoir tiré sur eux. Une grenade a en outre coûté la vie à deux personnes dans un autre quartier de la capitale, a rapporté la presse locale.

Par ailleurs, un manifestant a été tué par balle mardi, au 17e jour de contestation contre un 3e mandat à la tête de l'Etat de Pierre Nkurunziza et à la veille d'un sommet sur la crise. Le corps de la victime, recouvert d'un drap, a été porté par une centaine de manifestants devant la maison du maire du quartier. Des témoins ont indiqué qu'il avait reçu une balle dans la tête, tirée par la police.

S'ils sont confirmés, ces décès portent à 22 morts le bilan des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants depuis le 26 avril dernier, date à laquelle la contestation a débuté au Burundi.

Les opposants du président jugent sa candidature contraire à la constitution et aux accords d'Arusha, qui ont mis fin à la guerre civile en 2005. Mais la Cour constitutionnelle l'a autorisé la semaine dernière à se présenter le 26 juin, dans la mesure où il n'a pas été élu au suffrage universel pour son premier mandat.

Report du scrutin

L'Union européenne et les Etats-Unis ont appelé lundi le gouvernement burundais à reporter les élections en raison des manifestations et de la violence qui règnent dans le pays.

«Nous avons encouragé fortement le gouvernement burundais à prendre des mesures d'apaisement et l'idée d'un glissement du calendrier électoral serait à nos yeux une bonne chose», a déclaré l'envoyé spécial de l'UE pour la région, Koen Vervaeke. Il s'exprimait également au nom des Etats-Unis lors d'une réunion mensuelle entre les Européens et le gouvernement du Burundi.

Des représentants des Etats-Unis et de la Suisse participaient exceptionnellement à la rencontre. Au cours de celle-ci, les Pays-Bas et la Suisse ont aussi annoncé la suspension de leur aide électorale au Burundi, suivant l'exemple de la Belgique, ex-puissance colonisatrice du pays. (ats)

Ton opinion