Actualisé 13.07.2012 à 14:38

BâleNouveaux lieux d'aisances pour les messieurs

Dans sa chasse aux pipis à l'air libre, l'Office cantonal des ponts et chaussées bâlois teste des pissoirs mobiles.

de
jbm
Un employé bâlois met la dernière touche à un pissoir mobile destiné à mettre fin aux pipis sauvages.

Un employé bâlois met la dernière touche à un pissoir mobile destiné à mettre fin aux pipis sauvages.

Depuis jeudi, trois constructions provisoires ont été installées dans le cadre d'un projet pilote. Elles ont été placées dans des endroits stratégiques où d'ordinaire des quidams avaient pris l'habitude de se soulager. On peut voir ces constructions sur la Barfüsserplatz, l'Oberen Rheinweg et dans le parc De Wette près de la gare CFF.

Urine mesurée

«Lundi, nous allons vérifier combien de litres ont été collectés», déclare à «20 minuten» Roman Baumgartner, responsable du projet. Ce test pour des WC gratuits est devisé à 15 000 francs. S'il devait être concluant et si d'autres lieux devaient en être équipés, ce sont entre 30 000 et 50 000 francs d'investissements qui sont envisagés. Sans les coûts liés à l'exploitation

Et les femmes?

La «Basler Zeitung» relate aussi l'installation de ces pissoirs. Le quotidien bâlois a interrogé le chef de l'Office cantonal des ponts et chaussées, Thomas Geiger. Ce dernier avoue que les femmes ne posent pas de problèmes; elles se rendent toutes dans des toilettes. Il ajoute que Bâle offre déjà de nombreuses possibilités de se soulager gratuitement dans des WC publics. Ce que confirme Laila Straumann, responsable du Bureau de l'égalité homme-femme à Bâle.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!