Wall Street: Nouveaux records pour le Dow Jones et le S&P 500
Actualisé

Wall StreetNouveaux records pour le Dow Jones et le S&P 500

Wall Street a atteint de nouveaux records mardi, stimulée par les bonnes nouvelles de quelques grands noms de la cote et surtout l'espoir de voir la banque centrale américaine maintenir pendant encore plusieurs mois son soutien exceptionnel à l'économie.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average, indice vedette de la bourse de New York, s'est adjugé 0,72% ou 111,42 points pour s'établir à 15.680,35 points, un niveau jamais atteint auparavant en clôture.

Le S&P 500, l'indice américain le plus regardé par les investisseurs, a de son côté grimpé de 0,56% ou 9,84 points pour terminer à 1.771,95, dépassant lui aussi son précédent record.

Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est pour sa part adjugé 0,31% (12,21 points) à 3.952,34 points, un niveau plus vu depuis septembre 2000.

Le Comité de politique monétaire de la Banque centrale des Etats-Unis (Fed) a entamé mardi une réunion de deux jours à Washington à l'issue de laquelle, selon une majorité d'analystes, il devrait maintenir sa politique actuelle, ultra-accommodante.

L'institution injecte notamment chaque mois 85 milliards de dollars dans les circuits financiers via l'acquisition de bons du Trésor et de titres hypothécaires. Wall Street a largement profité de cet afflux de liquidités depuis le début de l'année.

Or, "les données publiées aujourd'hui, qu'il s'agisse du recul des prix à la production qui reflète l'absence d'inflation ou de la confiance des consommateurs à un plus bas en six mois, laissent penser que la Fed va choisir le statu quo, au moins jusqu'en 2014", remarque Art Hogan de Lazard Capital Markets.

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont par ailleurs reculé en septembre de 0,1%, et les prix du logement ont augmenté pour le 19e mois consécutif en août.

De toute façon, ajoute le spécialiste, "la Fed a clairement indiqué qu'elle s'intéressait à deux choses, l'inflation et l'emploi, et les indicateurs reçus par l'institution depuis sa dernière réunion n'ont pas montré à cet égard de signes d'amélioration. Il serait donc très difficile pour la Fed de justifier un ralentissement de son soutien à l'économie."

L'optimisme des investisseurs a été renforcé par les bonnes performances de quelques grands titres, comme le fabricant informatique IBM qui a annoncé qu'il comptait consacrer 15 milliards de dollars supplémentaires à des rachats d'actions et a engrangé près de 2,70% dans la foulée, ou le numéro un mondial de la pharmacie Pfizer qui a publié des résultats bien accueillis, souligne Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Le marché obligataire a terminé sur une note contrastée. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,507% contre 2,512% lundi soir, quand celui à 30 ans à progressé à 3,622% contre 3,602% la veille.

(ats)

Ton opinion