Suisse: Nouveaux recours contre les fichiers de police
Actualisé

SuisseNouveaux recours contre les fichiers de police

Le collectif regroupant plusieurs dizaines de syndicats, associations et partis de gauche qui avait obtenu le retrait du fichier de police EDVIGE a annoncé mercredi qu'il allait déposer deux recours auprès du Conseil d'Etat contre les décrets publiés le 18 octobre créant deux nouveaux fichiers similaires.

«Un certain nombre d'organisations membres du Collectif ont décidé de déposer des recours contre les deux décrets», annonce le collectif dans un communiqué diffusé mercredi.

Le communiqué cite 13 organisations parmi lesquelles le Syndicat de la magistrature (SM), le Syndicat des avocats de France (SAF), Solidaires, la FSU, la Ligue des droite de l'Homme, la CGT, la CFDT ou encore l'association de lutte contre le Sida AIDES.

Le collectif annonce par ailleurs le lancement d'une nouvelle pétition en ligne «demandant l'abandon de ces deux décrets et le passage obligatoire par la loi pour la création de tout nouveau fichier de police».

Le 20 octobre dernier le collectif, en sommeil depuis le remplacement du fichier EDVIGE, avait appelé à une nouvelle mobilisation contre les décrets publiés deux jours plus tôt.

Le collectif estime notamment que «de nombreuses dispositions qui avaient fait réagir», au moment des protestations contre EDVIGE en 2008 «perdurent», dans les deux nouveaux fichiers créés.

Il cite notamment «le fichage des mineurs dès 13 ans sur la base de la présomption d'atteinte à la sécurité publique ou des mineurs dès 16 ans pour les enquêtes administratives liées à la sécurité publique», «le recueil de données sensibles comme les 'activités publiques' ou les 'motivations politiques, religieuses, philosophiques ou syndicales», ou encore «'l'origine géographique'».

Deux nouveaux fichiers de sécurité ont vu le jour pour succéder au controversé fichier Edvige. Le premier concerne les personnes impliquées dans des violences en milieu urbain ou dans les stades, alors que le second a trait aux enquêtes administratives liées à la sécurité publique, notamment pour les postulants à des postes sensibles (police, gendarmerie, aéroports). (ap)

Ton opinion