Actualisé 14.08.2015 à 10:45

Suisse-AsileNouveaux reproches du gouvernement lucernois

Le conseiller d'Etat lucernois Guido Graf (PDC) reproche une nouvelle fois à la Confédération de ne pas se préoccuper des problèmes des cantons en matière d'asile.

Guido Graf tire à nouveau la sonnette d'alarme.

Guido Graf tire à nouveau la sonnette d'alarme.

Sans correction, «la situation va s'aggraver», déclare le conseiller d'Etat lucernois vendredi dans un entretien avec la «Neue Luzerner Zeitung». Le canton de Lucerne a un gros problème pour loger les requérants, explique Guido Graf dans un entretien accordé une semaine après l'envoi d'une lettre au Conseil fédéral.

Dans cette missive, l'exécutif lucernois réclame que le statut de réfugié soit retiré aux Erythréens. Il demande concrètement au Conseil fédéral d'examiner si le renvoi d'Erythréens dans leur pays leur fait véritablement courir un risque.

Simonetta Sommaruga a répondu à l'exécutif lors d'une rencontre avec la presse le 8 août. Pour la conseillère fédérale, il n'est pas question de renvoyer les Erythréens dans leur pays qu'elle a qualifié «d'Etat arbitraire». De nombreux rapports décrivent l'Erythrée comme une dictature et un Etat de non-droit.

Réduire l'attractivité

En refusant le statut de réfugié aux Erythréens, le regroupement familial serait rendu plus difficile. Cela rendrait moins attractif le voyage vers la Suisse, explique Guido Graf.

La Confédération transfère les requérants aux cantons lorsque les centres fédéraux sont pleins. Le gouvernement fédéral a ainsi l'impression d'avoir réglé le problème. Mais ce qui se passe ensuite dans les cantons, la Confédération ne veut pas l'entendre, estime Guido Graf.

Lancer la discussion

Si des corrections ne sont pas effectuées, c'est toute la politique d'asile qui va s'effondrer dans le canton. En écrivant au Conseil fédéral, le gouvernement lucernois a lancé la discussion. Guido Graf espère que le Conseil fédéral va enfin reconnaître les problèmes.

Le conseiller d'Etat estime que la lettre de l'exécutif a été mal comprise par le Conseil fédéral et les médias, mais il est convaincu d'avoir la population derrière lui. La lettre n'est pas contre les Erythréens, mais pour la population, a-t-il encore ajouté. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!