Actualisé 17.01.2013 à 11:26

Mali

Nouvel accrochage près de Konna

Un nouvel accrochage a opposé dans la nuit de mercredi à jeudi des soldats maliens à des islamistes armés près de Konna dont la prise le 10 janvier par les jihadistes avait provoqué l'intervention de Paris.

Un premier affrontement avait eu lieu mercredi après-midi entre des islamistes et des soldats maliens, appuyés par l'armée française présente dans le secteur.

«Nous avons eu un deuxième accrochage avec les islamistes à 20 km de Konna», a déclaré le capitaine Saliou Coulibaly. «Six islamistes ont été tués et nous avons pu récupérer huit véhicules et en détruire d'autres», a-t-il affirmé. Un combattant islamiste a confirmé que les combats pour la contrôle de la zone de Konna n'étaient «pas terminés».

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait reconnu que Konna n'avait pas encore été reprise par l'armée malienne, contrairement à ses affirmations. La zone n'est pas accessible à des observateurs indépendants.

Déclenchement de l'intervention

La chute de Konna avait déclenché l'intervention de la France, qui redoutait une percée vers Bamako des jihadistes.

Par ailleurs, plusieurs quartiers de Diabali, où des combats «au corps à corps» auraient opposé mercredi des membres des forces spéciales françaises à des combattants islamistes, restaient encore aux mains des jihadistes, selon une source sécuritaire malienne.

Elle a affirmé que de nouveaux raids aériens de l'aviation française étaient attendus pour aider à les chasser définitivement.

Diabali a été prise lundi par des islamistes qui seraient dirigés par l'Algérien Abou Zeid, un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

La localité a été bombardée à plusieurs reprises mardi par l'aviation française, mais les islamistes ne l'ont pas pour autant totalement quittée et, selon divers témoignages, ils cherchent à se fondre dans la population dont ils se servent comme bouclier. (afp)

Les premiers soldats tchadiens ont quitté N'Djamena pour le Mali

Un premier contingent de soldats tchadiens destinés à la future force africaine au Mali a quitté mercredi soir N'Djamena à bord de trois avions, a appris jeudi l'AFP de source militaire tchadienne.

«Deux cents éléments des forces spéciales tchadiennes», sur les 2000 hommes promis par le Tchad, ont quitté hier soir N'Djamena et ils sont présentement à la base militaire de Niamey (Niger)» a indiqué une source militaire tchadienne sous couvert de l'anonymat, précisant qu'ils devaient être rejoints par d'autres troupes africaines avant de pénétrer au Mali.

Le ministre français de la Défense à Berlin jeudi après-midi

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian est attendu jeudi après-midi à Berlin pour s'y entretenir avec son homologue allemand de la situation au Mali, où la France est engagée contre les islamistes qui occupent le nord du pays. Le ministre a lui-même confirmé ce déplacement en marge d'une visite effectuée dans la matinée à Vincennes, en périphérie de Paris.

M. Le Drian sera reçu par le ministre allemand de la Défense Thomas de Maizière à partir de 16h30 et dînera avec lui avant de revenir à Paris, selon le cabinet du ministre français.

Berlin a annoncé mercredi mettre deux avions de transport Transall à disposition pour contribuer à l'opération militaire lancée le 11 janvier par Paris.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!