HCR: Nouvel ultimatum pour l'employé américain de l'ONU enlevé au Pakistan
Actualisé

HCRNouvel ultimatum pour l'employé américain de l'ONU enlevé au Pakistan

Le groupe séparatiste qui a revendiqué l'enlèvement d'un employé américain de l'ONU au Pakistan fixe un nouvel ultimatum: il a menacé dimanche d'exécuter l'otage dans quatre jours si le gouvernement d'Islamabad ne libère pas plus d'un millier de prisonniers.

John Solecki, responsable local du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a été enlevé le 2 février à Quetta (sud-ouest), ville située dans la province du Balouchistan. Son chauffeur a été abattu lors de l'enlèvement.

L'enlèvement a été revendiqué par un groupe jusque là inconnu, le Front uni de libération du Balouchistan, un nom qui suggère davantage un lien avec les séparatistes luttant pour l'autonomie de cette région, qu'un lien avec Al-Qaïda ou les talibans.

Le 13 février, les ravisseurs avaient adressé un premier ultimatum dans lequel ils menaçaient d'exécuter leur otage dans les 72 heures si un certain nombre de prisonniers n'étaient pas libérés par les autorités pakistanaises.

Le nouvel ultimatum est contenu dans une lettre envoyée dimanche à une agence de presse locale, Online International News Network, lettre dont a également pu prendre connaissance un journaliste de l'Associated Press.

Interrogée par l'AP, une porte-parole de l'ONU, Maki Shinohara, a dit que l'ONU avait été informée du nouvel ultimatum par l'agence de presse et qu'elle «le prenait au sérieux».

Les autorités pakistanaises n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour réagir à ces nouvelles menaces.

Le mois dernier, des militants proches des talibans ont exécuté par décapitation un otage polonais qu'ils avaient enlevé dans une autre région du Pakistan, proche de la frontière afghane. (ap)

Ton opinion